Issy, pour une vraie mobilité à vélo

Depuis de nombreuses années, je souligne régulièrement l’absence sur Issy  de véritables  voies de circulation réservée aux cyclistes. Des voies qui seraient séparées physiquement de la chaussée et qui constitueraient un réel réseau de déplacement, permettant une continuité de circulation.

Pour les trajets urbains courts, les isséens qui veulent privilégier l’usage du vélo dans la ville doivent continuer à se déplacer et slalomer sur des « bouts » de pistes cyclables : il n’y a pas d’autres mots pour appeler cela. Nous en avons une nouvelle traduction depuis quelques semaines sur l’ile Saint Germain.

img_20161010_085543img_20161010_085520

La majorité municipale ne peut-elle s’inspirer des expériences réussies qui sont nombreuses en France et à l’étranger

Quand les isséens pourront-ils disposer de conditions de déplacement correctes pour les utilisateurs quotidiens de la petite reine, ceci en toute sécurité? Il faut que sur Issy le vélo rime enfin avec déplacements de transit : les cyclistes doivent être enfin respectés !

 

 

Issy – Suppression de la zac des chartreux

ISSY 018Le Conseil municipal du 9 avril 2015 a voté la suppression de la Zac quai des Chartreux. Ce fut l’occasion de dresser un bilan des objectifs assignés par la délibération du 1er octobre 1998. Voici les points sur lesquels j’ai souhaité insister.

« Concernant tout d’abord les équipements publics et le logement nous saluons la construction de la Médiathèque des Chartreux, d’un groupe scolaire, d’une crèche et la part de logements construits :
en effet sur cette zac c’est 73% de logements (dont 25% de logements sociaux) qui ont été construits pour 27% de bureaux donc une proportion de logements que l’on ne retrouve malheureusement pas sur d’autres ZAC,

A propos du réaménagement de la RD7 : dans les textes de références, vous n’indiquez pas la délibération du 8 décembre 2005 dans laquelle cette assemblée avait pris une position unanime, en faveur de l’aménagement d’une 2 x 1,5 voies avec rond points.
Par la suite vous êtes revenus sur ces engagements et c’est donc malheureusement, un projet de 2 fois 2 voies qui a été mis en place.
La transformation de la RD7 se résume donc in fine à une série d’occasions manquées et à différents niveaux :
Tout d’abord pour les cyclistes ce projet aurait pu permettre la mise en place d’une vraie liaison de mobilité continue entre Paris et la Défense,
mais ce sont plutôt des pistes cyclables orientées loisirs en discontinu qui ont été mises en place sur cet axe.

Occasion manquée aussi pour les automobilistes, car sur cette RD7 aujourd’hui ils doivent emprunter des voies peu larges et tortueuses,
et ce sont au total 13 feux rouges qui ont été installés sur 1 300 m entre pont d’Issy et pont de Billancourt en plus non synchronisés, ce qui est générateur d’embouteillages.
Et quid de la qualité de l’air et en particulier de la concentration en particules fines sur cette zone à proximité d’une crèche et d’une école.
Nous n’avons pas d’informations sur ce point de santé publique dans cette délibération.

Concernant enfin la reconquête des berges de seine, un tel projet aurait pu permettre aux isséens de se réapproprier le fleuve élément structurant de notre territoire
mais ce ne sera pas le cas.
Pourquoi ne pas s’être inspiré de Bordeaux et de son quai des Chartrons qui a mis en place 2 fois 1 voie, avec tramway ce qui a permis de dégager une vraie promenade de 15 m de large qui est un vrai lieu de vie le week-end.
Donc dans l’ensemble, en dehors des équipements publics et du logement un bilan décevant face aux objectifs assignés. »