Projet « Coeur de ville » : Les nombreux problèmes de pollution doivent être traités en priorité

Il y a quelques jours j’ai déposé une contribution à l’enquête publique sur le projet « cœur de ville ».
Voici les points sur lesquels j’ai voulu insister : « Les isséens sont appelés à s’exprimer dans le cadre d’une enquête publique unique sur : une demande d’autorisation environnementale (loi sur l’eau et ICPE), une demande de permis de recherche d’un gîte géothermique à basse température, une demande d’ouverture de travaux de forage et une demande de permis de construire en vue de la réalisation du projet Issy Cœur de Ville sur le territoire de la commune d’Issy-les-Moulineaux.
Le projet cœur de ville est majeur pour structurer Issy-les-Moulineaux et son centre-ville dans les années à venir. Aujourd’hui ce projet comprend 40000 m² de logements, 40000 m² de bureaux, 17000 m² de commerces dont des salles de cinéma, 6000 m² d’équipements publics (dont une crèche et une école) soit au global plus de 105000 m² de surface.
Dans ce dossier mon attention est particulièrement attirée par les incidences en matière de pollutions : qu’il s’agisse de la pollution résiduelle du terrain ou de la pollution de l’air. Dans le mémoire en réponse à l’avis de l’autorité environnementale, je constate qu’à plusieurs reprises la MRAe souligne les différentes formes de pollutions présentes dans le terrain et l’intensité de ces pollutions des sols. D’autre part, la nature du projet (logements/bureaux/commerce) va générer une augmentation du trafic routier et va engendrer de nouvelles difficultés de circulation et ainsi faire progresser le niveau de pollution de l’air (qui est déjà très élevé sur cette partie de la ville). Sur tous les points liés à la pollution, les réponses apportées aux questions formulées par la mission Régionale d’Autorité environnementale ne me paraissent ni suffisantes, ni convaincantes et doivent revues et complétées. Ainsi des solutions doivent être impérativement trouvées aux différents problèmes de pollutions relevées par la MRAe. En 2018, il n’est pas envisageable que des logements, une école une crèche … soient construits à Issy-les-Moulineaux sur des terrains avec de tels niveaux pollutions, cela représenterait trop de risques pour la santé de nos concitoyens.
En plus du sujet de la pollution qui doit être traité en priorité, j’estime qu’en l’état le projet doit être réétudié pour mieux tenir compte des préoccupations et des attentes des riverains (perte d’ensoleillement, attentes en matière de circulation douce et de lien entre les quartiers Mairie d’Issy et Corentin Celton, déplacements des personnes à mobilité réduite ….).

Issy, focus sur le Conseil municipal de Juillet 2018

Durant le Conseil municipal du 5 Juillet 2018, j’ai souhaité intervenir à propos de certaines délibérations, voici quelques-uns des dossiers qui ont retenus mon attention.

Tout d’abord j’ai voté contre la délibération n°10 [Urbanisme – enquête publique sur les incidences environnementales du projet Cœur de ville] et je suis intervenue pour motiver ce vote. J’ai précisé : « je rappelle que cette délibération n’a pas été présentée en Commission, compte tenu de la nature du projet et des enjeux pour la ville, c’est regrettable de n’avoir pu échanger sur le fond en commission. D’autre part, cette délibération me gêne car elle est structurée autour de deux points très différents : d’un côté les demandes du Préfet liées aux impacts environnementaux du projet et de l’autre la validation du projet cœur de ville : donc pour cette délibération n°10 à quelle question doit-on répondre ? Pour ce qui concerne directement le projet « Issy cœur de ville », il est clairement lié à de nombreux enjeux environnementaux c’est d’ailleurs ce qu’a rappelé la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) à diverses reprises dans ses recommandations. Pour ma part j’ai principalement retenus les remarques de la MRAe liées aux pollutions du site à la fois les pollutions du terrain, mais aussi les pollutions atmosphériques (par exemple la présence d’Hydrocarbures et de solvants dans les sous-sols ou les composés volatils susceptibles de contaminer l’air intérieur des bâtiments)».

Le projet cœur de ville est principalement structuré autour de la construction de logements, d’une crèche, d’une école : l’ensemble des pollutions relevées doivent donc être traitées sérieusement. Les réponses apportées par la ville à la MRAE à propos de la pollution ne me paraissent ni convaincantes, ni rassurantes. C’est pourquoi j’ai voté contre cette délibération. L’adjoint en charge de ce dossier étant absent le Maire m’a répondu qu’une réponse me serait transmise par écrit. A suivre. 

J’ai ensuite voté pour la réévaluation du taux de rémunération des médecins et sages-femmes du Centre municipal de Santé, car j’estime que cela peut faciliter un meilleur accès aux soins pour nos concitoyens. J’ai aussi demandé globalement combien de professionnels de santé exerçaient par an au centre municipal de santé et combien d’heures de vacation étaient effectuées. Ces informations devraient être transmises prochainement par l’adjoint en charge du dossier.

J’ai enfin posé une question d’actualité à propos d’Autolib : « Le 21 juin dernier, les élus du syndicat mixte Autolib’ Métropole ont mis fin au contrat qui les liait au groupe Bolloré dans l’exploitation du service. Vous avez expliqué récemment sur le site de la ville les dispositions proposées aux usagés suite à l’arrêt du service. Mais les incidences financières peuvent être conséquentes y compris pour Issy-les-Moulineaux. Vous indiquez aussi dans ce même article : je cite « le contrat signé avec le Syndicat mixte Autolib’ Vélib’, dont la quasi-totalité des collectivités membres – les 8 communes de Grand Paris Seine Ouest compris – n’ont jamais eu connaissance« .  Compte tenu de l’importance du nombre de stations d’Autolib sur Issy (20 stations, soit 1/3 du total du territoire de GPSO) comment expliquer que la ville n’ai pas été informée de toutes les dispositions du contrat et en particulier des clauses de résiliation qui sont un élément essentiel d’un contrat ? ».

L’adjoint en charge du dossier visiblement gêné par le sujet a refusé de me répondre et m’a dit de m’adresser à GPSO … Je pense que ce n’est qu’un début les collectivités vont toutes essayer de se dédouaner. A suivre !

 

Issy, retour sur le Conseil municipal du 12 avril 2018

Ce conseil a commencé de manière inédite.

À 18h30 il y avait une manifestation des enseignants des écoles par rapport à leur désaccord sur l’aménagement des temps périscolaires. Plutôt que de dialoguer, le Maire a choisi de fermer les accès à l’hôtel de ville et ainsi au Conseil Municipal. Le Maire a nié que le public ne puisse entrer, pourtant à 18H30 c’était le cas : ce conseil sans public a duré près d’une heure, ensuite quelques personnes sont arrivées.

​Parmi les délibérations soumises à discussion, la n°3 avait pour objectif de diminuer le nombre de commissions municipales : elles sont passées de 6 à 4. Pourquoi réduire le nombre de commissions, au delà des explications apportées, je pense que les tensions dans la majorité depuis juillet 2017, ne sont pas étrangères à cela. Les nouvelles commissions sont : Commission des Ressources : Administration générale, Finances, Relations avec GPSO, Ressources humaines, Ville numérique, Prévention-sécurité, Assurances, Affaires juridiques, Relations internationales, Communication.
Commission des Services à la population : Culture, Éducation, Sports, Tourisme,
Jeunesse et famille, Petite enfance, Vie sociale, Vie des femmes, Santé, État civil,
Démocratie locale, Affaires funéraires. Commission du Patrimoine et de la Construction : Architecture, Bâtiments, Patrimoine, Commande publique, Hygiène et sécurité. Commission de l’Aménagement du territoire : Urbanisme, Développement durable, Espace public, Commerce et artisanat, Logement. Pour ma part je siégerai à la commission aménagement du territoire sur les sujets que je suis plus spécifiquement depuis le début de la mandature.

Le compte administratif 2017 a été soumis aux votes. Je me suis abstenue car en 2017, la municipalité a choisi d’augmenter les taux de l’imposition locale alors que les charges sont restées relativement constantes. Ces impôts ont rapporté 11 M€ de plus qu’en 2016, alors que les dépenses de gestion courante n’ont progressé que de 3,3 M€. Ce nouvel effort demandé aux foyers isséens ne me paraissait pas nécessaire.

Je n’ai pas voté la délibération 21 qui prévoit la prise en charge par la commune des frais d’obsèques et de concession pour les membres du Conseil municipal décédés au cours de leur mandat. Cette délibération fait suite au texte voté en 1992. Il y a 26 ans, le contenu de la délibération n’avait peut-être pas posé questions aux élus, mais en 2018 les opinions ont évolué, une loi sur la moralisation de la vie publique a été votée il y a quelques mois, les démarches pour plus de transparence de la vie publique se multiplient. Les citoyens demandent à leurs élus plus d’exemplarité. Ainsi pour toutes ces raisons je n’ai pas voté cette délibération, car même si cela est légal j’estime que l’argent public n’a pas vocation à régler les frais personnels des conseillers municipaux.

La délibération n° 30 nous a amené à valider la nomination de 17 personnes au Conseil Économique, Social et Environnemental Local de la Ville d’Issy-les-Moulineaux. En effet en 3 ans 17 personnes ont démissionnées de ce conseil ! Je pense que le nombre de membres de cette instance est trop important, il est composé de 80 personnes pour une ville de la taille d’Issy-les-Moulineaux cela parait complètement disproportionné. De plus il a été souligné lors des débats qu’il n’y avait pas de communication, ni de réelle valorisation des travaux de cette instance auprès du Conseil municipal, c’est regrettable. On peut souligner aussi que les travaux du Conseil des ainés, du Conseil municipal des jeunes et des Conseils de quartier ne font pas non plus l’objet de communication devant le Conseil municipal.

Je suis enfin intervenu sur le projet du parc de « la solitude ». Ma question a été la suivante « Fin 2016, dans l’actuelle maison de retraite des prêtres de la compagnie de Saint-Sulpice en bordure du parc Jean-Paul II, un projet d’envergure a été lancé. Il est composé à la fois de l’implantation d’un hôtel de prestige et d’un centre de formation des salariés de l’hôtellerie. Pour la ville il s’agit d’un projet qui ne manque pas d’intérêt.
Néanmoins en l’état il prévoit l’abattage de 80 grands arbres, sans compensation ? Même s’il ne s’agit pas d’arbres remarquables, ils constituent une allée de verdure et contribuent au charme du lieu. D’autre part pouvez-vous nous préciser plus globalement quelles conséquences ce projet aura sur le parc Jean-Paul II durant les travaux et après ? ». Il m’a répondu que les arbres qui seront arrachés ont fait l’objet d’un diagnostic phytosanitaire. ils seraient malades, mais seront remplacés contrairement aux informations qui circulaient jusqu’alors.

Issy, comment réussir la réhabilitation du quartier Léon Blum ?

TRACT LEON BLUMLe quartier Léon Blum situé entre la rue Aristide Briand, l’avenue de Verdun et la gare RER Issy va être réaménagé, avant l’arrivée de la ligne 15 du Métro Grand Paris Express.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Léon Blum, venez échanger avec vos élus du groupe « Issy c’est possible » lors de notre permanence du 30 avril prochain de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves

Issy, à quoi va ressembler notre coeur de ville ?

Tract_CoeurdeVille_mars2016.pngLe réaménagement du cœur de ville est un projet majeur pour Issy-les-Moulineaux : il donnera un nouveau visage à notre centre-ville.
Les isséens y sont très attachés. Pourtant la municipalité ne distille que peu d’informations sur le contenu du programme, et encore… au compte-gouttes.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Cœur de ville comme pour d’autres, venez échanger avec les élus du groupe Issy c’est possible lors de leur permanence le dernier samedi de chaque mois de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves. Prochaine permanence : samedi 26 mars.

RD7, les isséens toujours pris entre deux feux

feu orange

Dans les Hauts-de-Seine, la RD7 est un axe majeur pour les déplacements le long de la rive gauche de la Seine. Son tronçon entre Paris, Issy et Sèvres fait l’objet d’un réaménagement, qui n’est pas encore terminé.

Sur Issy-les-Moulineaux, les déplacements le long de la RD7 sont principalement constitués d’une circulation de transit. Néanmoins, nos concitoyens doivent supporter au quotidien l’ensemble des infrastructures, qui ont été mises en place lors de ce réaménagement, et notamment les feux de circulation.

Il faut le rappeler, dès l’origine du projet de réaménagement de la RD7, les riverains et les associations de préservation de l’environnement souhaitaient la mise en place d’une 2×1,5 voies sans feu, avec rond points et terre-plein central. En effet, ceci aurait eu pour avantage d’allier une fluidité du trafic, avec une véritable circulation douce à proximité de la Seine. D’ailleurs ce type d’aménagement a déjà été mis en œuvre avec succès par exemple à Nantes, et permet aussi d’assurer aux piétons la sécurité de franchissement sur les passages protégés et la visibilité partagée avec les automobilistes. Pourtant, c’est un programme de 2×2 voies avec feux de circulation, qui a été choisi par le Conseil Départemental.

Aujourd’hui l’aménagement routier étant terminé sur Issy, nous pouvons observer le résultat. Entre le pont de Billancourt et le pont d’Issy, ce sont 13 feux non synchronisés qui ont été mis en place, sur une distance d’1,3 km. Et sur le tronçon qui est encore en travaux : entre la place de la Résistance, le carrefour de Vaugirard et Sèvres, on observe que les feux continuent à émerger…

On ne peut que s’interroger : pourquoi avoir implanté cette multitude de feux de circulations, sur un axe qui n’a jamais été considéré comme accidentogène ?  Et en l’état d’autres questions se posent : quel est le bilan carbone prévisionnel de ce nouvel aménagement ? Et quels vont être les coûts de maintenance de l’ensemble des nouveaux feux implantés dans le cadre de ce réaménagement de la RD7 ?

Globalement je déplore ce modèle d’infrastructures qui n’est qu’un schéma du passé, qui s’inscrit complètement à contre temps des tendances ergonomiques et durables actuelles. Ce programme laisse la place au « tout-voitures » plutôt qu’à la cohabitation équilibrée entre voitures et circulations douces. Et pratiquement quid de l’avenir de cet axe, alors que l’on sait que Paris a clairement indiqué depuis de nombreuses années, qu’il avait pour objectif de limiter de plus en plus la place de la voiture à l’intérieur de son enceinte.

En termes de mobilité, j’espère que la métropole du Grand Paris permettra enfin d’harmoniser les démarches et d’initier des politiques cohérentes au sein d’un même territoire.

Issy, retour sur le dernier Conseil Municipal de 2015

construction d'immeubleLe 17 Décembre s’est tenu le dernier conseil de l’année 2015. Voici en substance les dossiers d’urbanisme, de développement durable et des espaces publics sur lesquels je me suis exprimée. Janvier 2016 va voir la mise en place de la Métropole du Grand Paris, par crainte de perdre un certain nombre de prérogatives, des communes comme Issy-les-Moulineaux ont accéléré le vote de délibérations notamment en termes d’urbanisme au détriment d’un vrai débat sur des dossiers essentiels. Et plutôt que de répondre aux questions le maire a préféré avoir recours aux invectives : sans respect ni pour les isséens, ni pour les élus d’opposition : des méthodes d’un autre temps !

La modification du PLU a été soumise au vote. Notre groupe Issy c’est possible s’est abstenu, car j’ai rappelé que nous constations clairement dans ce document, une volonté de poursuite de l’accroissement de la densification. Il va s’agir d’une poursuite de la densification par la hauteur, au détriment d’une harmonie globale de notre ville et de la création de vrais espaces de vie. Nous craignons la déstabilisation des zones d’habitat individuel qui devraient pourtant constituer des points essentiels de respiration. C’est un document très technique qui a été  présenté à concertation, qui ne fait pas précisément de référence au citoyen, à son bien-être, ses besoins. Les rapports sociaux ne sont pas non plus évoqués, ni comment améliorer la cohabitation entre les flux de professionnels travaillant sur Issy et les résidents.

D’autre part tout projet doit reposer sur un respect des trois tiers : activités économiques/commerces, logements et espaces publics. Mais le PLU ne prévoit pas d’engagement sur ce point. Et les indications concernant la part réservée à des espaces de vie, de promenade, d’espaces verts au sol pour s’approprier la vie des quartiers, les berges de Seine ne nous ont pas semblé suffisantes.

Deux créations de Zac ont été soumises au vote lors de ce Conseil.

Pour la Zac Cœur de ville, j’ai rappelé qu’il va s’agir d’un secteur de 3 Ha que nous jugeons  stratégique pour l’évolution de notre ville, pour créer un lien entre la Mairie et Corentin-Celton. Nous avons regretté la forme de concertation utilisée sur ce dossier qui s’est écoulée dans le temps sur plusieurs années, sur des projets différents sans vision claire de volonté municipale. Sur le projet actuel nous avons regretté que la proportion de logements ne soit pas plus élevée car sur cette Zac en plein centre-ville le logement est préférable à du bureau pour créer du lien social, de la vie au sein du quartier à différentes heures de la journée, le soir et le week-end. Nous avons aussi rappelé notre souhait de l’implantation d’équipements culturels et la nécessité selon nous d’y développer de vraies voies piétonnes qui pourraient bénéficier aux habitants et aux commerçants et permettre une ouverture plus naturelle vers Corentin Celton.

Concernant la Zac Léon blum,  je suis intervenue pour déplorer la sur-densification. C’est un projet de 132 000 m² qui est prévu avec logements, commerces mais aussi à nouveau des bureaux et un immeuble dit « signal » (au moins R+15). Et nous n’avons pas eu d’assurance que la répartition actuelle des types de logement sociaux sera maintenue. Dans le cadre de la création de cette Zac notre groupe a déposé un amendement pour demander d’inclure au programme des équipements publics, une zone de 750 m² pour réaliser une annexe au lycée Ionesco afin de maintenir la filière de Bac professionnelle actuelle. Même si sur le fond, l’ensemble des élus partage cette préoccupation la majorité a choisi de voter contre notre amendement, sans en fournir de réelles explications.

Lors de la délibération relative à la suppression de la Zac des Bords de Seine, nous avons rappelé les inquiétudes de nombreux riverains concernant les problèmes réguliers constatés qu’il s’agisse de sécurité, propretés des sols, de ramassage des ordures insuffisant ou du manque de stationnements pour les bus touristiques qui bloquent une voie de la RD7.  C’est un dossier que nous continuerons à suivre avec attention.

Sur les 65 délibérations soumises au vote deux délibérations concernaient  le plan climat énergie territorial et le rapport sur la situation en matière de développement durable sur Issy.

J’ai rappelé que notre population est très attachée à ces dossiers et que nous souhaiterions que des engagements ambitieux soient pris sur ces dossiers. Ainsi pour les nouvelles constructions des futurs quartiers Léon Blum et Cœur de Ville, il faut prévoir la construction de bâtiments à énergie positive.

Chaque conseil se termine sur des questions diverses. J’ai interrogé la municipalité sur l’impact des futurs grands travaux sur la ville (Bassin de rétention sous le stade Gabriel Voisin, Zac Léon Blum, Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express) pour savoir comment elle comptait limiter les nuisances pour les riverains. Des réponses ont été apportées pour le chantier du bassin de rétention (initié par le Conseil Départemental) mais aucune information pour la gestion des deux autres chantiers : dossiers à suivre.

Issy : 24 Novembre, réunion publique sur le bassin de stockage des eaux pluviales sous le stade Gabriel Voisin

rain

Un bassin de rétention des eaux d’une capacité de plus de 23 000 m3 va entre construit sous le stade Gabriel Voisin à Issy-les-Moulineaux (Décembre 2015 à Décembre 2017).

C’’est un projet de 31 Millions d’€ pris en charge par le Conseil départemental et l’agence de l’Eau Seine-Normandie (à hauteur de 8M€).

Une réunion publique d’informations est organisée mardi 24 novembre à 19h30 à l’Auditorium du Conservatoire d’Issy pour permettre aux isséens de poser les questions inhérentes à ce projet.

Je vous incite à y participer.

Issy, Enquête publique sur travaux GPE

Issy-les-Moulineaux-20151107-00034Jusqu’au 28 novembre 2015, se déroule une enquête publique sur la construction de la Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express.

Cette enquête concerne la conformité du projet de construction des gares et du site de maintenance des infrastructures en particulier avec la Loi sur l’Eau (incidences sur l’environnement, nappes souterraines …).

Sur Issy, quatre ouvrages sont directement liés aux travaux l’implantation de la Ligne 15 : Place de la résistance et parc Henri Barbusse (puits d’aération) et la Gare Issy-RER et la Gare Issy/Vanves/Clamart.

Je vous incite à participer à cette enquête pour faire part de vos différentes remarques.

Révision du PLU, encore un effort pour une ville durable et humaine !

Vector Landscape Town or City in Flat Design Retro Style Illustration

En 2014, dans notre « manifeste pour une ville durable et harmonieuse », nous avons présenté un projet pour mettre en place un urbanisme au service des habitants, de la ville et des usagers. Nous avons aussi rappelé ce que disait l’architecte Le Corbusier : « les clefs de l’urbanisme sont dans les fonctions : habiter, travailler, se recréer dans les heures libres et circuler ».

Le projet de modification du PLU qui vient d’être soumis à enquête publique semble bien loin de cette vision. En fait, il poursuit toujours le même objectif de densification verticale de notre ville, au détriment d’une harmonie globale de notre territoire.

Des questions demeurent : quelles sont les mesures qui vont permettre de développer un nombre croissant de logements ? Est-on en phase avec le rééquilibrage de l’emploi entre l’Ouest et l’Est franciliens prescrits par le schéma directeur d’Île-de-France (SDRIF) ? Doit-on, continuer à construire des milliers de m2 de bureaux supplémentaires sur notre ville ? Ces questions auraient dû vous être clairement posées. La majorité actuelle a préféré soumettre lors de l’enquête publique un projet très technique, compartimenté et difficile à appréhender dans sa globalité.

Issy-les-Moulineaux va connaître, dans les prochaines années de profonds bouleversements. De nombreux programmes d’aménagements sont en projets : ZAC Léon Blum et Rodin, Quartier de la Ferme, Coeur de Ville, Hauts d’Issy (Gare fort d’Issy), secteur Guynemer/Jeanne d’Arc.

Dans ce contexte, pourquoi ne pas avoir engagé une réflexion de fond sur le seuil acceptable en matière de densification ? Pourquoi ne pas avoir pensé notre ville dans son environnement direct de Paris ?

Et plus globalement, quelle est dans ce projet de PLU 2015 la vision spécifique pour construire une ville plus durable, plus ouverte aux espaces verts et aux espaces de vie ?

Le Plan local d’urbanisme qui sera présenté en Conseil Municipal en décembre 2015 devra répondre à toutes ces questions.

Nous souhaitons qu’il ait pour fondement la volonté de mettre en place un urbanisme réfléchi, harmonieux et social qui soit respectueux de l’habitat actuel, de l’identité et de la diversité de nos quartiers, mais surtout du tissu social existant et du vivre ensemble.

Tribune Municipale du Groupe Issy c’est possible, publiée dans Point d’Appui d’Octobre 2015 : Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhès, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (Front Démocrate-UDE), conseillers municipaux.