RD7, les isséens toujours pris entre deux feux

feu orange

Dans les Hauts-de-Seine, la RD7 est un axe majeur pour les déplacements le long de la rive gauche de la Seine. Son tronçon entre Paris, Issy et Sèvres fait l’objet d’un réaménagement, qui n’est pas encore terminé.

Sur Issy-les-Moulineaux, les déplacements le long de la RD7 sont principalement constitués d’une circulation de transit. Néanmoins, nos concitoyens doivent supporter au quotidien l’ensemble des infrastructures, qui ont été mises en place lors de ce réaménagement, et notamment les feux de circulation.

Il faut le rappeler, dès l’origine du projet de réaménagement de la RD7, les riverains et les associations de préservation de l’environnement souhaitaient la mise en place d’une 2×1,5 voies sans feu, avec rond points et terre-plein central. En effet, ceci aurait eu pour avantage d’allier une fluidité du trafic, avec une véritable circulation douce à proximité de la Seine. D’ailleurs ce type d’aménagement a déjà été mis en œuvre avec succès par exemple à Nantes, et permet aussi d’assurer aux piétons la sécurité de franchissement sur les passages protégés et la visibilité partagée avec les automobilistes. Pourtant, c’est un programme de 2×2 voies avec feux de circulation, qui a été choisi par le Conseil Départemental.

Aujourd’hui l’aménagement routier étant terminé sur Issy, nous pouvons observer le résultat. Entre le pont de Billancourt et le pont d’Issy, ce sont 13 feux non synchronisés qui ont été mis en place, sur une distance d’1,3 km. Et sur le tronçon qui est encore en travaux : entre la place de la Résistance, le carrefour de Vaugirard et Sèvres, on observe que les feux continuent à émerger…

On ne peut que s’interroger : pourquoi avoir implanté cette multitude de feux de circulations, sur un axe qui n’a jamais été considéré comme accidentogène ?  Et en l’état d’autres questions se posent : quel est le bilan carbone prévisionnel de ce nouvel aménagement ? Et quels vont être les coûts de maintenance de l’ensemble des nouveaux feux implantés dans le cadre de ce réaménagement de la RD7 ?

Globalement je déplore ce modèle d’infrastructures qui n’est qu’un schéma du passé, qui s’inscrit complètement à contre temps des tendances ergonomiques et durables actuelles. Ce programme laisse la place au « tout-voitures » plutôt qu’à la cohabitation équilibrée entre voitures et circulations douces. Et pratiquement quid de l’avenir de cet axe, alors que l’on sait que Paris a clairement indiqué depuis de nombreuses années, qu’il avait pour objectif de limiter de plus en plus la place de la voiture à l’intérieur de son enceinte.

En termes de mobilité, j’espère que la métropole du Grand Paris permettra enfin d’harmoniser les démarches et d’initier des politiques cohérentes au sein d’un même territoire.

Pont d’Issy : Contribution à l’enquête publique

p1210850Sur la Zac du Pont d’Issy, l’enquête publique préalable à la délivrance du permis de construire d’un programme de bureaux et commerces se termine dans quelques heures voici le contenu de la contribution que j’ai déposée à l’attention du commissaire enquêteur : « Le  projet  se compose de deux bâtiments :

un immeuble de bureaux de 8 étages de 54 106 m², et une halle.

D’emblée je regrette le choix de vouloir implanter une nouvelle fois, une forte proportion de bureaux sur cette zone.

En effet  le nombre de bureaux vacants en Ile de France et dans les Hauts-de-Seine est considérable.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/02/trop-de-bureaux-vides-en-ile-de-france_4532928_3234.html

Le déséquilibre économique entre l’Est et l’Ouest de l’Ile de France n’est pas comblé loin s’en faut et un tel projet risque d’accentuer les transferts pendulaires de population d’Est en Ouest.

Sur notre région on sait que les besoins en logements sont très importants et que l’objectif de toute collectivité devrait être de rapprocher le lieu de travail du logement ce projet n’y contribuera pas particulièrement. (Confère chiffres INSEE : 79,6% des actifs isséens ne travaillent pas sur Issy un chiffre en constante augmentation.

http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-92040

D’autre part le fait de construire des bureaux pose le problème de la saturation actuelle des transports en commun qui desservent cette zone.

Le T2 et le RER C principaux moyens de desserte de la Zac du Pont d’Issy  commencent à être des structures vieillissantes avec des matériels qui ne sont pas renouvelés et ainsi en 2015 les pannes et retards sont de plus en plus fréquents. Comment ne pas s’inquiéter d’envisager de faire venir sur cette zone 4 200 personnes supplémentaires d’autant que ce projet s’ajoute à de nombreux autres sur moins de 2 km² Tour Hélice, Ile Seguin, Guynemer, Balargone ….

Et ce ne sont pas les remarques suivantes incluses dans la présentation du projet qui peuvent être rassurantes « il conviendra d’inciter au covoiturage pour réduire le trafic aux heures de pointe… Il conviendra d’inciter au décalage des heures de livraison par rapport aux heures de pointe et d’organiser ces flux». Comment peut-on faire reposer un projet sur le succès d’éventuelles incitations ?
Concernant la Halle Eiffel, je ne comprends pas pourquoi il n’est pas envisagé de la reconstruire en l’état. Les isséens sont attachés aux Halles Eiffel telles qu’elles existent à l’heure actuelle. Or dans le projet présenté ce n’est qu’une des halles qui serait déplacée et la structure actuelle serait largement dénaturée puisque la toiture de tuiles serait remplacée par une sur-toiture vitrée. Pourquoi ne pas respecter l’édifice dans son intégralité puisqu’il fait partie des bâtiments et architectures à protéger sur Issy-les-Moulineaux ?

A propos du bâtiment de 8 étages je regrette qu’il ne soit pas à énergie positive, à l’heure actuelle cette exigence devrait être intégrée à tout projet de cette envergure et ceci devrait fortement peser lors de l’attribution d’un permis de construire. Et à minima les objectifs du Grenelle de l’environnement (50 KWH/m²/an) ne sont pas respectés d’autant que les 69,9 KWH n’intègrent même pas les 10 KWH nécessaires pour la bureautique. Ainsi l’estimation des besoins énergétiques de ce projet sont largement sous-estimés.

A propos des fumées d’Isséane sur la qualité de l’air sur la zone, il est indiqué dans l’étude d’impact que « les calculs de risques ne montrent aucun dépassement des seuils critiques » mais je regrette qu’aucun chiffre précis ne soit présenté, alors que l’on sait que les seuils français sont plus tolérants que ceux recommandés par l’OMS.

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs313/fr/

De même dans l’étude acoustique il n’est fait référence qu’à limpact des équipements techniques du projet or l’arrivée de 4 200 personnes chaque jour impliquera aussi des nuisances acoustiques liées à leur présence, déplacements … sur le site ceci n’est pas précisé.

Avant la délivrance du permis de construire je souhaite qu’une réponse soit apportée à l’ensemble des réserves émises dans cette contribution. « 

 

Issy – Suppression de la zac des chartreux

ISSY 018Le Conseil municipal du 9 avril 2015 a voté la suppression de la Zac quai des Chartreux. Ce fut l’occasion de dresser un bilan des objectifs assignés par la délibération du 1er octobre 1998. Voici les points sur lesquels j’ai souhaité insister.

« Concernant tout d’abord les équipements publics et le logement nous saluons la construction de la Médiathèque des Chartreux, d’un groupe scolaire, d’une crèche et la part de logements construits :
en effet sur cette zac c’est 73% de logements (dont 25% de logements sociaux) qui ont été construits pour 27% de bureaux donc une proportion de logements que l’on ne retrouve malheureusement pas sur d’autres ZAC,

A propos du réaménagement de la RD7 : dans les textes de références, vous n’indiquez pas la délibération du 8 décembre 2005 dans laquelle cette assemblée avait pris une position unanime, en faveur de l’aménagement d’une 2 x 1,5 voies avec rond points.
Par la suite vous êtes revenus sur ces engagements et c’est donc malheureusement, un projet de 2 fois 2 voies qui a été mis en place.
La transformation de la RD7 se résume donc in fine à une série d’occasions manquées et à différents niveaux :
Tout d’abord pour les cyclistes ce projet aurait pu permettre la mise en place d’une vraie liaison de mobilité continue entre Paris et la Défense,
mais ce sont plutôt des pistes cyclables orientées loisirs en discontinu qui ont été mises en place sur cet axe.

Occasion manquée aussi pour les automobilistes, car sur cette RD7 aujourd’hui ils doivent emprunter des voies peu larges et tortueuses,
et ce sont au total 13 feux rouges qui ont été installés sur 1 300 m entre pont d’Issy et pont de Billancourt en plus non synchronisés, ce qui est générateur d’embouteillages.
Et quid de la qualité de l’air et en particulier de la concentration en particules fines sur cette zone à proximité d’une crèche et d’une école.
Nous n’avons pas d’informations sur ce point de santé publique dans cette délibération.

Concernant enfin la reconquête des berges de seine, un tel projet aurait pu permettre aux isséens de se réapproprier le fleuve élément structurant de notre territoire
mais ce ne sera pas le cas.
Pourquoi ne pas s’être inspiré de Bordeaux et de son quai des Chartrons qui a mis en place 2 fois 1 voie, avec tramway ce qui a permis de dégager une vraie promenade de 15 m de large qui est un vrai lieu de vie le week-end.
Donc dans l’ensemble, en dehors des équipements publics et du logement un bilan décevant face aux objectifs assignés. »

Issy, modification du PLU – Point d’étape

ZONAGE PLULors de la séance du Conseil Municipal du 9 avril dernier, nous étions amenés à nous prononcer sur la deuxième partie de la concertation pour la modification du Plan Local d’Urbanisme sur Issy-les-Moulineaux. Dans ce cadre, je me suis exprimée sur les points suivants :  « Sur cette partie de la concertation,  nous retenons principalement la volonté de simplifier le zonage de réduire le nombre de zones de 30 à 16 et de développer les commerces de proximité sur l’axe historique Paris-Meudon, ce qui nous semble effectivement être prioritaire.

Cependant, au sein des documents de zonage et de règlement qui vont engager notre ville à l’horizon 2030, nous estimons qu’il demeure un certain nombre d’imprécisions et de partis pris qui posent questions.

Il s’agit tout d’abord de l’avenir du Square Weiden et du parc Rodin qui vont être classés en espace naturel et de loisir, le parc Rodin ne serait donc plus espace boisé protégé.
Pour le pont d’Issy, la zone reste sans limitation de hauteur de construction, alors que le permis de construire d’une des tours a déjà été retiré.
Sur le secteur Guynemer, l’avenir des préemptions n’est pas clairement précisé.
A Léon Blum, la volonté de densifier autour de la future gare du Grand Paris ne s’accompagne pas de garanties de préservation de la mixité sociale.
A proximité de la gare de Clamart, les nouvelles hauteurs de construction autorisées risquent de changer l’âme de ce quartier pavillonnaire.
La Ferme est classée en zonage « centre urbain dense » ce qui pourrait  remettre en question l’équilibre pavillonnaire du quartier.
Enfin à propos du terrain du CNET, il n’y a pas de précisions claires sur le futur visage de notre Centre-ville.

L’ensemble des éléments que je viens de citer nous semblent effectivement préoccupants.

Et d’autre part nous estimons que la modification du PLU aurait dû être l’occasion d’une réflexion de fond sur la poursuite ou non de la densification. Quel type densification envisagée à l’horizon 2030 : vous ne le précisez pas et nous le regrettons.

Nous souhaitons que des éclaircissements soient apportés aux isséens ! ».

Issy : Point d’Appui doit retrouver sa vocation

Dans un récent article du Point d’Appui de Juin, il est question du Pont d’Issy.

L’article est rédigé de telle manière qu’il est essentiellement question de la partie “logements” du projet. Or il faut être honnête et rappeler que sur ce projet, la partie « logements et équipements publics » ne sont malheureusement que très limités :  il projet repose essentiellement sur la construction de trois tours de bureaux de 160 à 189 m de haut (232 260 m2 de bureaux, 13 500 m2 de logements dont 25 % de logements sociaux, 3500 m2 de commerces et 1200 m2 d’équipements).

Une telle proportion de nouveaux bureaux sur cette zone est d’autant plus préoccupante que cela aura des conséquences en terme de mobilité sur l’ensemble de la ville. En effet le nombre de parking est relativement limité sur ce projet pour inciter les occupants des bureaux à prendre les transports en commun, mais comment  le T2, le RER C vont-ils pouvoir absorber les nouveaux flux de populations générés par le projet (sachant que dans le même temps quatre autres projets d’envergure vont aussi entrainer de nouveaux flux de circulation : “Pentagone à Balard”, “Tour Triangle à la Porte de Versailles” « le projet de la ZAC Guynemer » et les “Projets de l’Ile Seguin”)?

D’autre part la construction de tours, au niveau de la trouée d’envol de l’héliport de Paris, entraine la modification de la trajectoire des hélicoptères et va amener ces mêmes engins à passer au-dessus de notre ville. Pour le moment, la majorité municipale est très discrète sur ce point, mais les riverains constatent depuis quelques semaines que les changements de trajectoires ont déjà commencé, et que les passages des hélicoptères sur le sud des futures tours sont déjà effectifs : avec toutes les conséquences que cela entraine en matière de qualité de vie. 

Donc j’estime que Point d’Appui doit retrouver sa vocation d’information. C’est un journal municipal destiné à donner de l’information aux isséens, des données complètes et objectives et non à servir de relai à la société de promotion immobilière commercialisant le programme du Pont d’issy.

Issy, le mépris et le discrédit, ça suffit !

ICP bleu-vertVous avez été nombreux, hier soir, lors de la manifestation organisée contre le survol de la ville par les hélicoptères, à nous dire votre incompréhension, votre stupeur et votre colère face au comportement des sortants. Passants, manifestants, voisins, riverains… vous nous avez fait part de votre déception face à cette équipe incapable de respecter la différence, l’expression de la pluralité et même la simple liberté d’opinion. Certains d’entre vous ont retrouvé les regards qui animaient les mêmes visages lorsque des cris de haine furent prononcés par les mêmes, le vendredi 15 juin 2012, lorsque Christiane Taubira vint sur le marché à la fin de la campagne des législatives. Issy n’a pas grandi depuis.

Lire la suite : http://www.puijalon.fr/issy-le-mepris-et-le-discredit-ca-suffit/#sthash.cxg2LCBT.dpuf

Hélicoptères, lisez et soyez les seuls juges…

trajectoire1Des mots très durs sont prononcés dans cette campagne par les sortants. On n’a jamais vu à Issy, une campagne électorale commencer par des termes parlant de menteurs et de mensonges figurant en gros et en gras sur des tracts. Cela n’honore pas la démocratie locale. Alors, puisque ce débat dérape, puisque ce document est déjà sur la place publique, lisez et soyez les seuls juges des conclusions de l’échange entre la DGAC et le Maire sortant d’Issy.

Lire la suite : http://www.puijalon.fr/helicopteres-lisez-et-soyez-les-seuls-juges/#sthash.pS8WeaAR.dpuf

Les trois tours du Pont d’Issy, épine dans le pied des sortants…

Ces derniers jours, les Isséens ont eu le droit à un florilège d’assertions pour les « rassurer »  sur les nuisances provoquées par le détournement des hélicoptères au-dessus de la ville du fait de l’érection des trois tours du Maire sortant d’Issy. On en viendrait presque à croire que les aéronefs sont silencieux à les écouter!

Jamais notre ville n’avait connu pareille débauche de réactions pour justifier une position politicienne intenable. Il faut dire qu’en la matière, la hauteur de vue qui est la leur est inversement proportionnelle aux 189m d’altitude des tours.

Le malaise est à la hauteur de leur besoin de se justifier.

Lire la suite : http://www.puijalon.fr/les-trois-tours-du-pont-dissy-epine-dans-le-pied-des-sortants/#sthash.5Wb55qny.dpuf

Arrêtons le bonneteau des tours d’Issy !

bonneteauDepuis plusieurs mois maintenant, le maire sortant d’Issy et son équipe jouent au bonneteau avec les Isséens au sujet des tours du pont d’Issy. En effet, le Maire sortant a sauté comme un cabri à l’annonce de la Région Ile-de-France d’une possible installation de ses services administratifs à Issy. Or deux sites sont retenus par la Région sur Issy, parmi d’autres villes encore en compétition : une des tours du Pont d’Issy et le terrain du CNET.

Lire la suite : http://www.puijalon.fr/arretons-le-bonneteau-des-tours-dissy/#sthash.6WVJAHAu.dpuf

Issy : Dites-nous la vérité !

Il y a quelques jours, le Conseil régional d’Ile de France a étudié le projet d’implantation de son nouveau site.

Seize lieux avaient été préalablement sélectionnés. Suite à un premier examen de chacun des sites, ils en ont retenu seulement 5 dont 2 pour Issy-les-Moulineaux : « Coeur de ville » et « Pont d’Issy ».

 Selon les informations transmises, le Conseil Régional effectuera le choix définitif de son futur siège au cours du 1er semestre 2014 : avant ou après les élections municipales ?

Pourtant à Issy la majorité municipale sortante, dans une délibération présentée au Conseil Municipal en octobre dernier annonçait un choix quasi-réalisé pour « Coeur de ville » : avec à l’appui nous disait-on une lettre d’intention de J.P. Huchon.

 Nous voyons qu’il n’en est rien, la décision du Conseil Régional n’est pas prise, le choix pour Issy n’est pas arrêté : le dossier est toujours ouvert.

Je déplore que l’on ne dise pas la vérité aux Isséens sur les perspectives d’installation du Conseil Régional à Issy. Dans la délibération présentée lors du dernier Conseil Municipal, il était fait référence aux « conversations citoyennes » pour justifier le projet alors qu’elles n’ont aucun rapport avec les réflexions du CRIDF.

Dans ce contexte les isséens ont le droit de savoir, qu’est-il finalement prévu au Pont d’Issy et au cœur de ville dans l’hypothèse où le CRIF ne souhaiterait pas s’installer à Issy-les-Moulineaux ? Il faut dire la vérité aux Isséens !