Issy, le 4 juillet 2019 un conseil municipal pré-électoral

coins-912719__340

Le 4 juillet dernier s’est déroulé le dernier conseil municipal avant l’été, les points suivants ont retenu mon attention.

Dans la délibération n°1, la majorité municipale nous a présenté une décision budgétaire modificative. Elle intègre un soutien à diverses associations sportives ce qui me paraissait une bonne chose, mais elle inclut aussi un budget de provisions de 1,6 Millions d’€ pour le CCAS. Selon les propos de l’adjointe en charge des Finances, il s’agit d’une « aide financière exceptionnelle de 300€ destinée aux personnes retraitées à revenu modéré qui ne bénéficieront pas de l’annulation de la hausse de la C.S.G. sur les pensions de retraites et les personnes en situation de handicap ».

Même si cette allocation s’inscrit dans le cadre d’une démarche sociale, ce type d’aide financière pose tout de même questions, car elle n’est destinée qu’à une petite partie de la population. Pourquoi ne pas avoir prévu d’intégrer d’autres types de populations telles que les familles monoparentales en difficultés ? Et autre réserve, il faut replacer cette «aide exceptionnelle» dans le contexte électoral. Ainsi j’observe qu’à quelques mois des prochaines élections municipales,  les cordons de la bourse se desserrent soudainement …

Je n’ai pas voté pour la Délibération n°3 sur l’augmentation des tarifs des services publics locaux, car même si les augmentations sont relativement faibles, certains montants restent élevés (Piscine, Ciné d’Issy, PACI, …).

Je n’ai pas voulu voter la délibération n°8 prévoyant l’approbation d’un protocole d’accord entre la ville d’Issy-les-Moulineaux et Altarea à propos de la création et l’exploitation d’un atelier de création numérique au sein de la ZAC Cœur de ville. En effet j’estime que dans cette convention, il n’y aucune garantie du maintien de l’équipement numérique sur le site au-delà des 6 premières années d’exploitation.

Ensuite différents rapports d’activité 2018, nous ont été présentés. Je n’ai pas voté les délibérations : n°9 (rapport d’activité 2018 de la Société Publique Locale Seine Ouest Aménagement), n°10 (SEMADS) et n°43 (rapport d’activité de la SEM Issy Média 2018) car les éléments financiers présentés étaient trop succincts.

A propos de la délibération n°35, prévoyant un protocole d’accord entre la ville et l’association HOMENETMEN (en vue de l’occupation par cette association d’1/3 de la superficie du complexe sportif  Alain Mimoun), j’estime qu’un suivi spécifique et régulier devra être présenté au Conseil, à la fois sur les implications financières pour la ville et sur la mise en place du programme d’occupation.

La délibération n°36 était relative à la création d’une société d’économie mixte (SEMOP) chargée de gérer et d’exploiter différents équipements et activités de la ville.

Les réponses apportées aux différentes questions posées ne m’ont pas convaincue. De plus, trop souvent, ce type de contrat est peu favorable aux communes. Et je ne comprends pas pourquoi avoir choisi une durée de contrat de 12 ans. Il s’agit d’une période qui me semble trop longue, car nous sommes dans une époque où les cycles économiques et sociétaux sont de plus en plus courts. C’est aussi le cas en matière de sports, de nouvelles disciplines émergent régulièrement, une municipalité doit être en mesure de s’adapter rapidement et de pouvoir proposer de nouvelles activités sportives.

Enfin, je crains que ce type de contrat soit préjudiciable au bon fonctionnement du tissu associatif sportif local, tel qu’il existe aujourd’hui.

La Délibération 49, traitait du rapport d’activité des marchés. Concernant cette activité, on constate que malheureusement sur Issy, les problématiques évoluent peu. Les marchés isséens continuent à se caractériser par l’absence d’équipements couverts dédiés.  Pratiquement cela implique que l’hiver les commerçants sont exposés au vent et à la pluie, et que durant les périodes d’été ou de canicule, les commerçants et les isséens souffrent sous des bâches en plastiques qui gardent la chaleur. Ce sont des conditions difficilement supportables et néfastes pour de la qualité des produits. Il faut faire évoluer les équipements proposés sur les marchés pour globalement améliorer l’accueil pour nos concitoyens et fidéliser les commerçants.

J’ai d’autre part posé la question suivante qui malheureusement n’a pas intéressé l’Adjoint en charge de la voirie qui n’a souhaité répondre directement à la question posée : « Depuis quelques semaines des riverains de la rue de Vanves sont mécontents du stationnement depuis le 17 juin de véhicules utilitaires et de camions des marchés dans leur rue 5 jours par semaine quelle réponse pensez-vous apporter à leur préoccupation ? ».

En fin de conseil je suis intervenue sur le sujet de l’occupation des espaces publics car différents problèmes ont été constatés par nos concitoyens ces dernières semaines sans avancée des dossiers :

« En cette période estivale, un certain nombre de restaurants et de bars isséens installent des terrasses. Pouvez-vous nous rappeler dans quel cadre l’installation sur la voie publique de tables, de chaises est autoriséeaux commerçants et quelles mesures de vérification sont mises en place par les services de la ville pour garantir le respect des autorisations, ainsi que la tranquillité et la sécurité des riverains sur ces zones. »

Dans l’ensemble, un Conseil municipal surtout marqué par une décision modificative « pré-électorale » de 1,6 M€ et le projet de création d’une SEMOP pour le futur parc municipal des sports, la Halle Christiane Guillaume et le Palais des sports Robert Charpentier. J’aurais l’occasion de revenir sur ces dossiers.

 

Issy, la majorité municipale sous tensions

Le mercredi 29 novembre 17 s’est déroulé un conseil municipal extraordinaire. A l’ordre du jour principalement des délibérations liées à l’urbanisme et aux transferts de compétences à la Métropole du Grand Paris.

Au sein de la majorité municipale, force a été de constater que les tensions nées suite à l’élection législative de juin et au retrait de délégation à cinq adjoints en juillet (Paul Subrini, Isabelle Estrade-François, Martine Vessière, Jean-Marc Szmaragd  et Christophe Provot) ne sont pas apaisées.

C’est à présent un groupe de 15 conseillers municipaux qui marquent de plus en plus leurs divergences avec le Maire sur bon nombre de dossiers et dans une démarche qui s’inscrit clairement sur un positionnement d’une droite très conservatrice.

Ainsi durant la séance du conseil municipal on a pu assister médusé aux interventions de Christophe Provost ou Jean-Marc Szmaragd par exemple qui sans complexe s’opposent dorénavant à des dossiers qu’ils ont soutenu pendant des années …

​Pour ma part, je suis restée bien entendu sur mes positions et fidèle aux engagements pris lors de la campagne municipale de 2014.
Je me suis abstenue sur les cinq délibérations relatives aux modifications des concession d’aménagements des ZAC de la ville car les explications apportées me semblaient insuffisamment argumentées et étaient ainsi peu convaincantes.

​Le prochain conseil municipal se déroulera le 14 décembre prochain. Il y aura notamment à l’ordre du jour le débat d’orientation budgétaire. Est que la majorité se recomposera sur les axes budgétaires ?  Rien n’est moins sûr. A suivre…

Présidentielle à Issy, l’ouverture des bureaux de vote perturbée par les machines à voter

Man Voting MachineA l’ouverture du scrutin ce dimanche 7 mai, sur les bureaux 11 à 47 il a été impossible de faire fonctionner les machines à voter.

Les présidents de ces bureaux ont dû faire appel à un technicien informatique pour débloquer l’interface qui affichait le message suivant « Ce terminal n’a pas été qualifié pour une élection ».

Ceux-ci sont intervenus sur les systèmes pour mettre les compteurs à zéro et permettre le fonctionnement de la machine :

Machine à voter 070517

Dans ce contexte un certain nombre de question se posent :

  • Avant la mise sous scellés l’intégralité des machines à voter a-t-elle testée et vérifiée par l’entreprise à qui la ville d’Issy-les-Moulineaux a confié le marché ?
  • Comment se fait-il qu’un technicien puisse intervenir sur la programmation de la machine sans avoir à ouvrir les scellées ?
  • Pourquoi, après l’intervention sur le paramétrage, n’y a t’il pas eu de notification de la machine pour signaler l’incident ?

J’attends des réponses précises de la municipalité pour savoir ce qu’il s’est vraiment passé ce 7 mai 2017.

Face à toutes ces interrogations sur la sécurité informatique dans un contexte de risque « Cyber » et en l’absence de transparence, je réitère mes doutes et mon opposition au vote électronique pour le bon fonctionnement de la démocratie.

 

Issy, pour une vraie mobilité à vélo

Depuis de nombreuses années, je souligne régulièrement l’absence sur Issy  de véritables  voies de circulation réservée aux cyclistes. Des voies qui seraient séparées physiquement de la chaussée et qui constitueraient un réel réseau de déplacement, permettant une continuité de circulation.

Pour les trajets urbains courts, les isséens qui veulent privilégier l’usage du vélo dans la ville doivent continuer à se déplacer et slalomer sur des « bouts » de pistes cyclables : il n’y a pas d’autres mots pour appeler cela. Nous en avons une nouvelle traduction depuis quelques semaines sur l’ile Saint Germain.

img_20161010_085543img_20161010_085520

La majorité municipale ne peut-elle s’inspirer des expériences réussies qui sont nombreuses en France et à l’étranger

Quand les isséens pourront-ils disposer de conditions de déplacement correctes pour les utilisateurs quotidiens de la petite reine, ceci en toute sécurité? Il faut que sur Issy le vélo rime enfin avec déplacements de transit : les cyclistes doivent être enfin respectés !

 

 

Fusion Issy/Boulogne : Où en sommes-nous ?

issy_boulDurant le Conseil municipal du 29 septembre 16, notre groupe « Issy c’est possible » a posé un certain nombre de questions concernant la fusion Issy/Boulogne. Peu d’informations concrètes nous ont été apportées par la majorité, si ce n’est pour indiquer que des réunions publiques seraient mises en place dans les semaines à venir. Rien n’a été confirmé concernant la mise en place de groupe de travail sur la future fusion. Dans le point d’appui d’Octobre un encart publicitaire est inséré qui n’apporte là non plus aucune information concrète.

Vous trouverez ci-joint le contenu de l’article que notre groupe a publié dans le Point d’Appui du mois d’octobre dans le cadre de l’expression publique de l’opposition :

« Le 9 juillet dernier, les conseils municipaux d’Issy et de Boulogne ont engagé un processus de fusion des deux communes à la fin de l’année 2016. Les maires s’étaient engagés à associer tous les élus au processus, à créer des groupes de travail et à faire la transparence notamment sur les incidences financières de cette fusion.

Depuis le 9 juillet dernier, c’est le silence le plus total. Ni à Boulogne, ni à Issy, à la date de l’envoi de cet article, nous n’avons été contactés pour engager un quelconque travail de concertation. Pourtant, cet été, chacune des villes a passé un marché (200.000 €pour Issy et 300.000 € pour Boulogne) pour définir la communication autour du projet et son accompagnement. Autant dire qu’il ne s’agit pas de vous écouter, mais de trouver les arguments pour vous convaincre du bienfondé de la fusion. Comment, en moins de deux mois, pourrons-nous mener à bien une concertation large et objective, pour vérifier si oui ou non ce projet a du sens. Pour que la fusion soit viable, il faut que l’État gèle la Dotation globale de Fonctionnement (DGF) de la commune nouvelle. La somme des DGF actuelles d’Issy et de Boulogne serait supérieure à celle de la commune nouvelle. Croire qu’en période où beaucoup de communes se serrent la ceinture le Parlement pourrait avoir la générosité de faire un cadeau fiscal à deux communes très riches (rappelons que le compte administratif d’Issy est excédentaire de +70 millions €) relève de la gageure. Nos maires ne peuvent pas dire d’un côté que « l’État leur fait les poches  » et de l’autre que l’État doit leur faire des cadeaux au détriment d’autres communes! Nous posons, depuis le printemps, la question de la sécurité publique. Boulogne a une police municipale qu’elle s’apprête à armer. Issy n’en a pas, ce qui fait consensus avec le Maire. Et demain? Combien d’effectifs de police nationale dans la ville fusionnée? Etendrons-nous la police municipale de Boulogne à Issy ou la supprimerons-nous? Dans le 1er cas, on crée des dépenses nouvelles qui battent en brèche l’objectif d’économies, dans les 2 cas, on floue le choix opéré par les électeurs lors des élections municipales. Pourquoi alors refuser le référendum local? De même, vous nous avez largement fait part de votre inquiétude concernant la dette de Boulogne et de ses budgets annexes. Aucune garantie n’est apportée aujourd’hui sur le fait que les isséens, après avoir assaini leur gestion ne devront pas payer la dette de leurs voisins. Quand le flou domine à ce point dans un projet, quand son sens se dilue à mesure que l’on avance, il est sage d’y mettre fin et de ne pas s’entêter. Les intérêts politiques ne doivent pas supplanter l’intérêt général, pas plus que l’effet de mode aussi fugace qu’attrayant.

Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE-Front Démocrate) ».

Fusion d’Issy et de Boulogne : les citoyens ne seront pas consultés !

P1070778.JPGLors du conseil extraordinaire du 9 juillet 2016, la majorité municipale UDI-LR d’Issy-les-Moulineaux a adopté le principe de fusion d’Issy-les-Moulineaux avec Boulogne-Billancourt. Et elle  a rejeté l’amendement de même que  le vœu déposés par le groupe Issy c’est possible (PS-UDE-Front Démocrate), alors qu’ils visaient à mettre en place une consultation de la population sur ce regroupement de communes.

Suite à ce conseil, de nombreuses questions restent en suspens et je déplore que cette séance n’ait pas donné lieu à un débat apaisé sur ce dossier. Le premier adjoint qui est intervenu a choisi le ton de la polémique et l’arrogance pour répondre à nos différentes interrogations. Le Maire, quant à lui en guise de réponse s’est contenté de déplorer la baisse des dotations financières de l’Etat pour justifier cette procédure de fusion.

En rejetant notre amendement, le Maire d’Issy-les-Moulineaux a ainsi choisi de ne pas associer nos concitoyens. Les Isséens ne seront donc pas consultés sur la création de la nouvelle commune regroupant Issy et Boulogne et sur ses conséquences en matière de fiscalité, de qualité de services publics …

Ceci est plus que regrettable, car ce projet n’avait pas été évoqué, ni présenté aux électeurs lors du débat électoral de Mars 2014. Néanmoins dans les semaines à venir je continuerai, avec mes collègues du groupe Issy c’est possible, à diffuser les informations dont les isséens ont besoin pour mieux comprendre, les différents enjeux de cette fusion. Car la transparence est pour moi l’une des garanties d’un bon fonctionnement démocratique.

Issy & Boulogne : Création d’une commune nouvelle ?

P1070508Le samedi 9 juillet 2016 à 10h30, se déroulera une séance extraordinaire du Conseil Municipal d’Issy-les-Moulineaux, à l’ordre du jour : « la création d’une commune nouvelle en lieu et place de la commune de Boulogne-Billancourt et de la commune d’Issy-les-Moulineaux ».

Une seule délibération sera discutée dans le cadre de cette séance publique.

Lors de ce Conseil, je souhaite que des éclaircissements soient enfin apportés officiellement sur les motivations de cette fusion, sur ce que les isséens auraient à y gagner.

Et dans l’intérêt des isséens, il est temps de transmettre aux habitants de notre ville des informations objectives et transparentes sur ce dossier. Un vrai débat démocratique doit être initié et bien au delà de groupes de travail institutionnels. Enfin la population doit pouvoir décider via un référendum local de la disparition ou pas de notre commune.
En démocratie, aucune organisation ne peut être constituée ou fonctionner efficacement sans une réelle adhésion de la population. Sans un assentiment populaire, cette fusion sera vouée à l’échec :  nos concitoyens doivent se prononcer.

Issy-Boulogne : Projet de fusion …

P1070512Dans le Point d’appui d’avril, le maire d’Issy-les-Moulineaux s’exprime pour la première fois sur le projet de fusion de notre ville avec Boulogne-Billancourt. Il parle de nécessité liée à « la garantie du niveau et de la qualité de services publics … pour continuer à œuvrer au mieux vivre ensemble». Pourquoi l’établissement public territorial ou la Métropole du Grand Paris ne pourraient pas répondre à ces objectifs ?

En attendant un véritable débat sur ce dossier et conscients des préoccupations que ce projet provoque chez nos concitoyens, les élus du groupe des élus Issy-c’est-possible ont souhaité s’exprimer sur ce projet dans leur tribune municipale d’avril.

« À peine passée la tentative de fusion des communes de notre agglomération au 1er janvier 2016, alors que le Président Devedjian poursuit toujours sa lubie de fusion des Hauts-de-Seine avec les Yvelines, nous avons appris de la bouche du Maire de Boulogne, qu’il envisageait, avec notre maire, de fusionner Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt. Il s’agirait à terme d’intégrer le Département de Paris pour former un nouvel arrondissement de 180 000 habitants.
Ce projet pourrait avoir du sens si il avait pour optique d’élargir Paris, plutôt que diluer la capitale dans une Métropole syndicat d’élus faite de compromis a minima. Encore faudrait-il que les citoyens puissent choisir le projet métropolitain en fonction des grands enjeux urbains  : transports, logement, écoles, politiques de l’eau et des déchets, continuité entre les territoires et développement harmonieux de l’économie métropolitaine…
Jusqu’ici, nous n’avons pas été consultés, ni n’avons fait l’objet d’une quelconque information de la part de notre Maire. Parions qu’une délibération tombera du ciel, lors du Conseil municipal de juin qui ratifiera l’accord passé entre les deux maires.
Ce temps des élus omniscients et omnipotents est révolu. Si les deux maires mettent en avant leur volonté de se faire aussi gros que la Défense, la Silicon Valley et de peser dans la Métropole, nous affirmons que cette idée n’a d’intérêt que si elle fait sens pour nos deux territoires. Il faut un débat préalable, public, ouvert aux différents acteurs politiques de la ville, à votre écoute et transparent sur les enjeux.
Notre territoire est très attractif pour les entreprises. L’enjeu, c’est de placer les habitants au cœur du projet. Nous devons répondre à ces questions : quels seront les avantages que vous en retirerez pour vos services publics? De même, se posent des questions sur les taux futurs de nos impôts, mais surtout de la gestion de la dette mutualisée. En 2014, la dette par habitant était de 625 € à Boulogne contre 12 € à Issy. Notre gestion financière est tellement exceptionnelle que vous allez désormais payer la dette des voisins. Nous sommes favorables à un grand débat.
Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE – Front Démocrate). »

Issy, comment réussir la réhabilitation du quartier Léon Blum ?

TRACT LEON BLUMLe quartier Léon Blum situé entre la rue Aristide Briand, l’avenue de Verdun et la gare RER Issy va être réaménagé, avant l’arrivée de la ligne 15 du Métro Grand Paris Express.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Léon Blum, venez échanger avec vos élus du groupe « Issy c’est possible » lors de notre permanence du 30 avril prochain de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves

Issy & Boulogne : Union, Association, Fusion, Absorption ?

boulogne billancourtIl y a quelques heures, les isséens et les boulonnais ont appris par voie de presse que les maires d’Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt souhaitaient fusionner leurs communes.

En regroupant Issy-les-Moulineaux et Boulogne, André Santini « voudrait peser dans la Métropole autant que la Défense » (les Echos). Faute d’avoir pu obtenir la Présidence de Ladite Métropole, il tente à présent de redistribuer les cartes ?

Jusqu’alors le projet n’a pas été présenté en Conseil municipal, contrairement à ce qui est indiqué dans l’article des Echos. Pour ma part j’attends avec impatience d’entendre les arguments qui seront avancés en faveur de cette fusion. Car pour le moment   dans ce rapprochement, si je vois clairement l’intérêt de Boulogne, je m’interroge fortement sur ce que les isséens auraient à y gagner…

Compte tenu du peu d’informations disponibles à ce jour, ce sont les problèmes financiers de Boulogne qui me posent tout d’abord question. Pourquoi les isséens devraient payer et sauver ainsi la mise de Boulogne-Billancourt embourbée depuis plusieurs années dans le dossier d’aménagement de l’Ile Seguin ? Et d’autre part, ce projet de fusion n’ayant pas été évoqué lors de la campagne municipale de 2014, les maires des deux communes n’ayant pas été mandatés par leurs électeurs, je souhaite que les isséens et les boulonnais soient consultés par voie de référendum local.

Affaire à suivre …