Issy, la réalité des données budgétaires

Desk office business financial accounting calculate, Graph analysis

C’est un 2011 sous la Présidence de Nicolas Sarkozy que l’Etat a initié le début de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales . Alors quand en 2016, la majorité municipale d’Issy-les-Moulineaux communique sur la continuité du désengagement de l’Etat envers les collectivités locales dans des termes polémiques, je juge cette démarche clairement indigne !

Ainsi notre groupe ‘Issy c’est possible’ a publié l’article ci-dessous dans la tribune municipale afin de rappeler le contexte de la fusion et la réalité des données budgétaires isséennes :

« Voici que fleurit un bilan financier dramatisant la situation de notre ville. Depuis des années, le maire vous dit que tout va bien, qu’il a la meilleure gestion, la plus dynamique… Et là, patatras, nous serions « volés » et donc obligés de fusionner avec Boulogne pour réaliser des économies de fonctionnement.

Passons le fait que notre dette, suite la fusion avec Boulogne passerait de 800 000 € à plus de 300 millions € budget principal et annexes de Boulogne intégrés à celui de la commune nouvelle. De 12 à 1  800  €/habitant. Gestion parfaite, mais vous payez en prime la dette des voisins.

Quant à l’argument mis en avant selon lequel le gouvernement socialiste vole la ville d’Issy, rappelons ces quelques évidences. L’État verse aux communes des dotations qui ne poussent pas dans les arbres, mais sont bien le fruit d’impôts et taxes prélevés par l’État sur les ménages et les entreprises … ou de dettes alourdies par les différents gouvernements. Bien curieuse conception de la Nation que celle qui consiste à baisser les impôts locaux au plus bas et quémander les dotations les plus hautes de l’État tout en accusant l’État d’augmenter les prélèvements obligatoires.

Dans le cadre de l’attribution des dotations, l’État réalise de la péréquation entre collectivités de même taille et entre types de collectivités. Certaines, dont la nôtre, très riches, se voient donc contribuer à l’effort national pour aider les plus pauvres (celles qui abritent par exemple ces employés invisibles qui viennent nettoyer les bureaux d’Issy ou qui logent les nounous gardant nos enfants).

À crier sur tous les toits que la gestion d’Issy était si bonne que nous réalisions des «  bénéfices  »… notre excédent budgétaire de plus de 70 millions € a fait réfléchir quelques hauts fonctionnaires : à quoi sert-il que l’État verse des dotations à une commune dont les excédents sont tels qu’elle finit par perdre de l’argent du fait de l’inflation, même très faible. Dans un an, ces 70 millions € vaudront 69,3 millions actuels.

Tout le projet de fusion est justifié par ce seul appétit de l’argent. Mais, puisque tout est de la faute de ce gouvernement socialiste qu’ils aspirent à chasser en mai 2017, pourquoi saborder notre commune pour un malaise conjoncturel qui passerait dans 6 mois ?

Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhès, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE- Front Démocrate) : conseillers municipaux de la liste Issy c’est possible! »

Fusion d’Issy et de Boulogne : les citoyens ne seront pas consultés !

P1070778.JPGLors du conseil extraordinaire du 9 juillet 2016, la majorité municipale UDI-LR d’Issy-les-Moulineaux a adopté le principe de fusion d’Issy-les-Moulineaux avec Boulogne-Billancourt. Et elle  a rejeté l’amendement de même que  le vœu déposés par le groupe Issy c’est possible (PS-UDE-Front Démocrate), alors qu’ils visaient à mettre en place une consultation de la population sur ce regroupement de communes.

Suite à ce conseil, de nombreuses questions restent en suspens et je déplore que cette séance n’ait pas donné lieu à un débat apaisé sur ce dossier. Le premier adjoint qui est intervenu a choisi le ton de la polémique et l’arrogance pour répondre à nos différentes interrogations. Le Maire, quant à lui en guise de réponse s’est contenté de déplorer la baisse des dotations financières de l’Etat pour justifier cette procédure de fusion.

En rejetant notre amendement, le Maire d’Issy-les-Moulineaux a ainsi choisi de ne pas associer nos concitoyens. Les Isséens ne seront donc pas consultés sur la création de la nouvelle commune regroupant Issy et Boulogne et sur ses conséquences en matière de fiscalité, de qualité de services publics …

Ceci est plus que regrettable, car ce projet n’avait pas été évoqué, ni présenté aux électeurs lors du débat électoral de Mars 2014. Néanmoins dans les semaines à venir je continuerai, avec mes collègues du groupe Issy c’est possible, à diffuser les informations dont les isséens ont besoin pour mieux comprendre, les différents enjeux de cette fusion. Car la transparence est pour moi l’une des garanties d’un bon fonctionnement démocratique.

Fusion Issy-Boulogne, rechercher la transparence et le sens

P1070513En ce début juin, le maire d’Issy-les-Moulineaux n’a toujours pas communiqué de manière officielle, sur le projet de fusion de notre ville avec Boulogne-Billancourt. Aucune réunion d’information n’a été organisée pour expliquer aux isséens les motivations de ce projet, il y a tout juste eu quelques lignes préliminaires dans le Point d’Appui de mai. Depuis, rien d’autre, si ce n’est un publi-reportage dans Paris-Match.

Quand les isséens connaîtront-ils la configuration exacte de cette fusion entre ces deux villes majeures des Hauts-de-Seine ?

C’est dans ce contexte, que les élus du Groupe Issy-c’est-possible se sont exprimés  dans la tribune municipale du mois de juin :

« Depuis notre dernière tribune, une délégation d’élus de l’opposition a été reçue par le Maire de Boulogne et le 1er adjoint au Maire d’Issy pour évoquer cette problématique de fusion de nos communes.
Nous sommes de fervents partisans de la métropole du Grand Paris, lancée en janvier 2016. Elle sera appelée à évoluer obligatoirement ; un syndicat de maires produit difficilement du sens au service de tous. Dans cette optique, ce projet peut faire sens, à condition qu’il soit discuté avec les citoyens.
Lors de cette rencontre, nous avons formulé plusieurs exigences. D’abord, l’information de la population de nos deux villes.
Ensuite, la concertation. La forme juridique de cette fusion sera vraisemblablement une « Commune Nouvelle », qui permet de conserver l’identité des communes fusionnées, un maire et un conseil délégué. Pour nous, la recherche d’économie dans les frais de personnel et dans la mutualisation des politiques municipales ne peut être le seul moteur de cette opération. Il faut du sens et en premier lieu pour les habitants. Cette concertation est d’autant plus nécessaire que l’avènement de cette commune nouvelle nécessitera des choix ; Boulogne et Issy ont pris des options très différentes sur l’aménagement de leurs quartiers, sur la délégation ou non de services publics locaux (crèches, loisirs, culture, sports).
Cette harmonisation va prendre du temps. Nous avons demandé que les deux villes votent une délibération autorisant les deux maires à engager les discussions sur le sujet.
Enfin, la consultation. Il faudra d’une manière ou d’une autre consulter la population, avant de finaliser ce projet. Si la procédure de référendum local est compliquée à mettre en œuvre, il faudra trouver le moyen de vous consulter et de vous associer le plus largement possible. En 2014, la majorité n’a pas porté ce projet de fusion de nos communes dans son programme municipal. Dans cette période de crise démocratique, dans cette période où les villes deviennent un élément indispensable de l’organisation des réseaux de notre vie quotidienne, il nous paraît essentiel que vous ayez la parole.
Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (Front Démocrate – UDE) »

Issy-Boulogne : Projet de fusion …

P1070512Dans le Point d’appui d’avril, le maire d’Issy-les-Moulineaux s’exprime pour la première fois sur le projet de fusion de notre ville avec Boulogne-Billancourt. Il parle de nécessité liée à « la garantie du niveau et de la qualité de services publics … pour continuer à œuvrer au mieux vivre ensemble». Pourquoi l’établissement public territorial ou la Métropole du Grand Paris ne pourraient pas répondre à ces objectifs ?

En attendant un véritable débat sur ce dossier et conscients des préoccupations que ce projet provoque chez nos concitoyens, les élus du groupe des élus Issy-c’est-possible ont souhaité s’exprimer sur ce projet dans leur tribune municipale d’avril.

« À peine passée la tentative de fusion des communes de notre agglomération au 1er janvier 2016, alors que le Président Devedjian poursuit toujours sa lubie de fusion des Hauts-de-Seine avec les Yvelines, nous avons appris de la bouche du Maire de Boulogne, qu’il envisageait, avec notre maire, de fusionner Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt. Il s’agirait à terme d’intégrer le Département de Paris pour former un nouvel arrondissement de 180 000 habitants.
Ce projet pourrait avoir du sens si il avait pour optique d’élargir Paris, plutôt que diluer la capitale dans une Métropole syndicat d’élus faite de compromis a minima. Encore faudrait-il que les citoyens puissent choisir le projet métropolitain en fonction des grands enjeux urbains  : transports, logement, écoles, politiques de l’eau et des déchets, continuité entre les territoires et développement harmonieux de l’économie métropolitaine…
Jusqu’ici, nous n’avons pas été consultés, ni n’avons fait l’objet d’une quelconque information de la part de notre Maire. Parions qu’une délibération tombera du ciel, lors du Conseil municipal de juin qui ratifiera l’accord passé entre les deux maires.
Ce temps des élus omniscients et omnipotents est révolu. Si les deux maires mettent en avant leur volonté de se faire aussi gros que la Défense, la Silicon Valley et de peser dans la Métropole, nous affirmons que cette idée n’a d’intérêt que si elle fait sens pour nos deux territoires. Il faut un débat préalable, public, ouvert aux différents acteurs politiques de la ville, à votre écoute et transparent sur les enjeux.
Notre territoire est très attractif pour les entreprises. L’enjeu, c’est de placer les habitants au cœur du projet. Nous devons répondre à ces questions : quels seront les avantages que vous en retirerez pour vos services publics? De même, se posent des questions sur les taux futurs de nos impôts, mais surtout de la gestion de la dette mutualisée. En 2014, la dette par habitant était de 625 € à Boulogne contre 12 € à Issy. Notre gestion financière est tellement exceptionnelle que vous allez désormais payer la dette des voisins. Nous sommes favorables à un grand débat.
Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE – Front Démocrate). »

Cœur de ville, osons choisir ensemble son futur visage

DSCN1655.JPG

Le 26 mars dernier, lors d’une permanence des élus  « Issy c’est possible » j’ai eu à nouveau l’occasion avec mes collègues conseillers municipaux du groupe, d’échanger avec nos concitoyens sur le projet « cœur de ville ». Les attentes des isséens sont nombreuses en matière de commerces, d’animation du centre ville, de lien entre Mairie d’Issy et Corentin Celton… Conscients des préoccupations de nos concitoyens nous avons ainsi rappelé les enjeux du projet dans l’article de point d’appui du mois d’avril :

« Le temps avance… Le déménagement d’Orange Lab des 3ha qui forment la ZAC Cœur de ville approche. Les travaux de démolition du site également… Et les Isséens ne savent toujours rien du visage de notre futur centre-ville. Ce quartier emblématique doit relever le défi de faire « cœur de ville » pour relier les deux centres historiques de notre cité : Corentin Celton et le quartier de la Mairie. Que savez-vous du projet aujourd’hui? 40.000m2 de bureaux, 40.000m2 de logements, 15.000 m2 de commerces, un équipement petite enfance. Sans doute un cinéma… Les informations perlent au compte goutte. Mais jamais la Caisse des Dépôts et la municipalité ne se sont souciées jusqu’ici de vos envies, de vos attentes sur le visage que doit prendre ce quartier. Faire centre-ville, cela suppose de créer une adhésion pour que ce centre-ville nous rassemble, nous ressemble et fasse sens dans la ville pour que chacun s’y retrouve. Combien d’entre vous vont à Paris, à Vélizy ou à Boulogne pour faire leur shopping plutôt qu’à Issy? Ce quartier doit être l’occasion pour les isséens de se réapproprier le centre-ville qui doit dynamiser l’ensemble de la ville à partir des grands axes de communication.
Vous comprendrez que le futur projet sera sans doute très dense, trop dense, à l’image de ces tours d’habitation collées les unes aux autres qui sortent de terre au val de Seine. L’objectif de rentabiliser les m2 ne doit pas effacer l’impérieuse nécessité qu’une ville doit participer au bien vivre de ses habitants. Un centre-ville doit lui donner de l’âme. En 2014, nous avions proposé de lancer un concours d’architecture dont les isséens seraient le jury final par un référendum local pour décider du visage de ce cœur de ville. Nous avons peut-être eu tort dans les urnes, mais les faits nous donnent parfois raison  : notamment lorsque nous disions que les tours du Pont d’Issy ne se feraient pas, d’abord pour des raisons économiques.
La majorité municipale osera-t-elle cette audace démocratique qui consiste à vous donner la parole pour décider ensemble du quartier qui nous rassemblera tous ? »

Issy, à quoi va ressembler notre coeur de ville ?

Tract_CoeurdeVille_mars2016.pngLe réaménagement du cœur de ville est un projet majeur pour Issy-les-Moulineaux : il donnera un nouveau visage à notre centre-ville.
Les isséens y sont très attachés. Pourtant la municipalité ne distille que peu d’informations sur le contenu du programme, et encore… au compte-gouttes.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Cœur de ville comme pour d’autres, venez échanger avec les élus du groupe Issy c’est possible lors de leur permanence le dernier samedi de chaque mois de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves. Prochaine permanence : samedi 26 mars.

Issy, le lycée Ionesco doit rester polyvalent !

Electronic circuit board with processor

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner sur ce blog : je souhaite, ainsi que les membres du groupe d’opposition « Issy c’est possible », que la filière professionnelle SEM soit maintenue sur le Lycée Ionesco d’Issy-les-Moulineaux. Ainsi cette préoccupation a été rappelée dans le cadre de l’article publié dans le journal municipal point d’appui de Mars 2016.

« Depuis plusieurs mois, nous travaillons aux côtés des syndicats de professeurs, des associations de parents d’élèves et des représentants des lycéens pour préserver la filière professionnelle d’électro numérique, au sein du lycée Ionesco d’Issy.

Par une décision conjointe du rectorat et de la Région Ile-de-France, il est envisagé de déménager les élèves de cette filière à Meudon-la-Forêt, sur le plateau de Vélizy, au motif du manque de salle de classe. Des solutions existent !

Pour le confort des élèves, notamment ceux qui viennent d’entrer en seconde, le temps de transports supplémentaire et la complexité pour rejoindre le site seront clairement un handicap.

Nous avons écrit au recteur, proposé un amendement au plan local d’urbanisme pour accueillir une extension du lycée, nous avons été reçus avec une délégation par le Cabinet de la Ministre de l’Éducation nationale. La ville d’Issy a fait des propositions pour élargir l’offre de salles le temps de passer l’année scolaire 2016-2017.

Pour le moment, rien ne bouge. Ce déménagement va mettre en péril la mixité scolaire, ainsi que le caractère polyvalent de ce lycée.

Il va également coûter très cher : près de 3 millions ¤ de travaux pour rénover les locaux, à Meudon-la- Forêt, qui ne seront même pas prêts en septembre ! L’argent public pourrait être mieux utilisé aujourd’hui !

L’équipe enseignante qui aujourd’hui travaille en cohérence risque d’être dispersée.

Cette filière du numérique a enfin un lien essentiel avec notre territoire. Les lycéens font leurs stages auprès des groupes de médias télévisuels ou les grandes entreprises implantées dans notre ville. Le départ de cette formation brisera un lien entre le bassin d’emploi et l’offre de formation locale.

Groupe « Issy c’est possible » : Thomas Puijalon,  Kathy Similowski,  Vivien Julhès,  Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE- Front Démocrate) »

 

Issy, Vœux 2016 du groupe Issy c’est Possible

Stortorget at Chritmas time

Tribune du groupe « Issy c’est possible ! » publiée dans le journal municipal « Point d’Appui » de Janvier 2016.

« Au nom de toute notre liste, nous vous présentons nos meilleurs vœux pour l’année 2016 ! 2015 aura été une année éprouvante pour notre pays, notamment avec ces deux vagues d’attentats qui voulaient mettre à mal nos modes de vie, nos valeurs et nos trois grands principes LIBERTE EGALITE FRATERNITE ainsi que celui de laïcité.

Nous résistons ! Nous sommes debout, collectivement debout ! Mais pas indemnes. Des fractures profondes se révèlent dans notre société que la politique et ceux qui la font peinent à réparer. Elles expliquent en partie la poussée de haine qui a marqué les élections régionales de décembre 2015 par la montée en flèche d’un parti qui porte en germe la destruction de la démocratie, de la tolérance, du vivre ensemble, de la culture. Le résultat final n’est qu’un lâche soulagement.

Nous sommes parfaitement conscients que les Français ont accordé un « sursis » aux partis de gouvernement, dont les nôtres.

Nous sommes parfaitement conscients de la fragilité de notre édifice républicain, malgré la solidité apparente de ses fondements. La fragilité est liée intrinsèquement à la manière dont les hommes et les femmes font de la politique.

2016 doit être une année de changements profonds de nos mentalités et de nos pratiques. Nous allons, à notre niveau nous y atteler. D’abord, dans l’enceinte du Conseil municipal, où notre parti pris est de considérer qu’il ne sert à rien d’intervenir sur ce que nous ne pourrions faire mieux.  Nous nous voulons résolument constructifs, force de proposition et pas de dénigrement.

Avec vous, nous proposons de tisser des liens d’écoute, de travail prospectif, en premier lieu pour comprendre et endiguer ce lent reflux de la citoyenneté, ensuite, pour construire des propositions et nous tourner résolument vers le futur. La colère dans les urnes se comprend ; elle est sans doute légitime. Mais afin d’éviter l’irréparable, il faut reprendre le chemin du dialogue et de l’engagement pour porter et concrétiser, à tous les niveaux des idées, des projets, des analyses et des espoirs. Pour ce faire, nous sommes disponibles pour vous rencontrer dans notre permanence, le dernier samedi matin de chaque mois, au 26 rue d’Estienne d’Orves.

Bonne et heureuse année 2016 !

Thomas PUIJALON, Kathy SIMILOWSKI, Vivien JULHES, Patrick AUFFRET (PS) et Fabienne GAMBIEZ (Front Démocrate-UDE) »

Issy, retour sur le dernier Conseil Municipal de 2015

construction d'immeubleLe 17 Décembre s’est tenu le dernier conseil de l’année 2015. Voici en substance les dossiers d’urbanisme, de développement durable et des espaces publics sur lesquels je me suis exprimée. Janvier 2016 va voir la mise en place de la Métropole du Grand Paris, par crainte de perdre un certain nombre de prérogatives, des communes comme Issy-les-Moulineaux ont accéléré le vote de délibérations notamment en termes d’urbanisme au détriment d’un vrai débat sur des dossiers essentiels. Et plutôt que de répondre aux questions le maire a préféré avoir recours aux invectives : sans respect ni pour les isséens, ni pour les élus d’opposition : des méthodes d’un autre temps !

La modification du PLU a été soumise au vote. Notre groupe Issy c’est possible s’est abstenu, car j’ai rappelé que nous constations clairement dans ce document, une volonté de poursuite de l’accroissement de la densification. Il va s’agir d’une poursuite de la densification par la hauteur, au détriment d’une harmonie globale de notre ville et de la création de vrais espaces de vie. Nous craignons la déstabilisation des zones d’habitat individuel qui devraient pourtant constituer des points essentiels de respiration. C’est un document très technique qui a été  présenté à concertation, qui ne fait pas précisément de référence au citoyen, à son bien-être, ses besoins. Les rapports sociaux ne sont pas non plus évoqués, ni comment améliorer la cohabitation entre les flux de professionnels travaillant sur Issy et les résidents.

D’autre part tout projet doit reposer sur un respect des trois tiers : activités économiques/commerces, logements et espaces publics. Mais le PLU ne prévoit pas d’engagement sur ce point. Et les indications concernant la part réservée à des espaces de vie, de promenade, d’espaces verts au sol pour s’approprier la vie des quartiers, les berges de Seine ne nous ont pas semblé suffisantes.

Deux créations de Zac ont été soumises au vote lors de ce Conseil.

Pour la Zac Cœur de ville, j’ai rappelé qu’il va s’agir d’un secteur de 3 Ha que nous jugeons  stratégique pour l’évolution de notre ville, pour créer un lien entre la Mairie et Corentin-Celton. Nous avons regretté la forme de concertation utilisée sur ce dossier qui s’est écoulée dans le temps sur plusieurs années, sur des projets différents sans vision claire de volonté municipale. Sur le projet actuel nous avons regretté que la proportion de logements ne soit pas plus élevée car sur cette Zac en plein centre-ville le logement est préférable à du bureau pour créer du lien social, de la vie au sein du quartier à différentes heures de la journée, le soir et le week-end. Nous avons aussi rappelé notre souhait de l’implantation d’équipements culturels et la nécessité selon nous d’y développer de vraies voies piétonnes qui pourraient bénéficier aux habitants et aux commerçants et permettre une ouverture plus naturelle vers Corentin Celton.

Concernant la Zac Léon blum,  je suis intervenue pour déplorer la sur-densification. C’est un projet de 132 000 m² qui est prévu avec logements, commerces mais aussi à nouveau des bureaux et un immeuble dit « signal » (au moins R+15). Et nous n’avons pas eu d’assurance que la répartition actuelle des types de logement sociaux sera maintenue. Dans le cadre de la création de cette Zac notre groupe a déposé un amendement pour demander d’inclure au programme des équipements publics, une zone de 750 m² pour réaliser une annexe au lycée Ionesco afin de maintenir la filière de Bac professionnelle actuelle. Même si sur le fond, l’ensemble des élus partage cette préoccupation la majorité a choisi de voter contre notre amendement, sans en fournir de réelles explications.

Lors de la délibération relative à la suppression de la Zac des Bords de Seine, nous avons rappelé les inquiétudes de nombreux riverains concernant les problèmes réguliers constatés qu’il s’agisse de sécurité, propretés des sols, de ramassage des ordures insuffisant ou du manque de stationnements pour les bus touristiques qui bloquent une voie de la RD7.  C’est un dossier que nous continuerons à suivre avec attention.

Sur les 65 délibérations soumises au vote deux délibérations concernaient  le plan climat énergie territorial et le rapport sur la situation en matière de développement durable sur Issy.

J’ai rappelé que notre population est très attachée à ces dossiers et que nous souhaiterions que des engagements ambitieux soient pris sur ces dossiers. Ainsi pour les nouvelles constructions des futurs quartiers Léon Blum et Cœur de Ville, il faut prévoir la construction de bâtiments à énergie positive.

Chaque conseil se termine sur des questions diverses. J’ai interrogé la municipalité sur l’impact des futurs grands travaux sur la ville (Bassin de rétention sous le stade Gabriel Voisin, Zac Léon Blum, Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express) pour savoir comment elle comptait limiter les nuisances pour les riverains. Des réponses ont été apportées pour le chantier du bassin de rétention (initié par le Conseil Départemental) mais aucune information pour la gestion des deux autres chantiers : dossiers à suivre.

Nous ne voulons pas de la disparition d’Issy-les-Moulineaux !

GPSOSuite aux manœuvres récentes des maires de GPSO visant à fusionner les 8 communes actuelles en une seule collectivité, les élus d’opposition du groupe « Issy c’est possible » ont décidé de publier la tribune ci-dessous dans le journal municipal Point d’Appui :

« Durant le mois de mai 2015, des habitants de notre agglomération Grand Paris Seine-Ouest (GPSO) ont été contactés par un institut de sondage pour recueillir leur avis sur la fusion des huit communes de GPSO dont fait partie Issy en une commune nouvelle.

Ce dispositif est en principe destiné aux petites communes, afin de les inciter à se regrouper entre elles, ce qui leur permet de maintenir le niveau des dotations de l’Etat. Il n’a jamais été conçu pour des agglomérations de plus de 300.000 habitants.

Lors des élections municipales et départementales, les candidats de la majorité municipale ont fait campagne en revendiquant le maintien d’une « proximité, pour vous protéger ». Et voilà que sort cette idée de faire disparaître Issy dans une entité, au nom indéterminé, regroupant 8 communes, distante des habitants.

On vous dira que le commanditaire de ce sondage est inconnu et que la majorité municipale ne l’a jamais envisagé. Mais qui d’autres que les maires composant l’exécutif de GPSO, auraient pu le commanditer ?

Et à quelle fin ? Maintenir les dotations de l’Etat au détriment de communes pauvres ou rurales pour qui ce dispositif est utile ? Pour se faire aussi gros que Paris, pour parodier La Fontaine et contourner les dispositions de la Métropole du Grand Paris.

Au-delà de la méthode qui consiste à sonder de manière très orientée nos concitoyens et sans débat politique préalable, ce projet s’il voyait le jour, verrait la disparition d’Issy-Les-Moulineaux et de toute pluralité politique dans le conseil de la Commune nouvelle composé de 69 élus et ce jusqu’en 2020. En effet, les conseils municipaux de chaque ville disparaîtraient alors, comme les services municipaux, pour être fusionnés dans une entité unique, loin de vous et sans contre-pouvoir.

Comme vous, nous sommes attachés à notre ville, son histoire et son identité. Nous ne sommes pas prêts à la brader pour les intérêts partisans de maires d’une même majorité. Nous refusons ce hold-up politique et financier.

Si cette idée avance, les conseils municipaux seront consultés. Aucun maire n’a été élu en portant ce projet. Mais la consultation serait sans surprise car les élus majoritaires soutiendraient ce regroupement.

Nous demanderons la tenue d’un référendum local.

Thomas PUIJALON, Kathy SIMILOWSKI, Vivien JULHES, Patrick AUFFRET (PS) et Fabienne GAMBIEZ (Front Démocrate) »