Issy, à quoi va ressembler notre coeur de ville ?

Tract_CoeurdeVille_mars2016.pngLe réaménagement du cœur de ville est un projet majeur pour Issy-les-Moulineaux : il donnera un nouveau visage à notre centre-ville.
Les isséens y sont très attachés. Pourtant la municipalité ne distille que peu d’informations sur le contenu du programme, et encore… au compte-gouttes.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Cœur de ville comme pour d’autres, venez échanger avec les élus du groupe Issy c’est possible lors de leur permanence le dernier samedi de chaque mois de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves. Prochaine permanence : samedi 26 mars.

Issy, parlons de la capacité d’autofinancement de la ville

Sphre financementDans un article récent, le maire d’Issy-les-Moulineaux s’est félicité de la quasi absence d’endettement de la ville. Si cette information peut apparaître à première vue comme positive, elle est pourtant à manier avec prudence, car l’indicateur utilisé : « l’endettement/habitant en € » n’est sans doute pas le plus pertinent pour garantir de la bonne santé financière d’une collectivité et doit être replacé dans un contexte plus global.

Plus concrètement d’où provient donc l’endettement d’une commune ? Celui-ci a principalement  pour origine la construction et la rénovation des équipements publics municipaux, c’est-à-dire, des écoles, des gymnases, des crèches…, bref des équipements qui contribuent au vivre-ensemble et à la cohésion d’une cité.

Pour financer les équipements publics municipaux, deux solutions sont possibles : soit la collectivité bénéficie de beaucoup de ressources (comme à  Issy-les-Moulineaux), elle peut donc payer sans emprunt conséquent les équipements, soit la collectivité est obligée d’emprunter la somme correspondante auprès des banques comme le font aussi les entreprises ou les ménages lors d’un achat conséquent. Dans ce dernier cas de figure, la collectivité va créer de l’endettement (majoré des intérêts financiers), qu’elle pourra rembourser de manière échelonnée dans le temps*.

La capacité d’une collectivité à payer les équipements publics « sans emprunt » se mesure à ce qu’on appelle en jargon technico administratif : sa « capacité d’autofinancement ». En fait, il s’agit de la différence entre les dépenses et les recettes de fonctionnement de la commune : comme dans un ménage, c’est en fait la capacité à épargner. Or sur Issy les Moulineaux, on constate que notre capacité d’autofinancement s’étiole d’année en année.

AUTOFINANCEMENT ISSY

En effet, ce graphique montre clairement que le modèle économique mis est place ces dernières années (aucun recours à l’emprunt) est à court ou moyen terme condamné. La capacité d’auto-financement étant en baisse régulière depuis 2011, comment Issy-les-Moulineaux pourrait-elle  par exemple financer sur ses seuls fonds propres, des programmes tels que la construction du futur Parc municipal des sports pour un montant annoncé de 60 Millions d’€ ?  Le recours à l’emprunt sera nécessaire, alors pourquoi ne pas le dire clairement à nos concitoyens ?

D’autre part, pourquoi ne pas expliquer qu’en dépit de l’évolution des lois de finances (qui toutes majorités confondues sont assez défavorables aux collectivités**), des solutions existent à conditions de ne pas aborder ces questions de manière complètement dogmatique !

Pour une ville comme Issy-les-Moulineaux, disposer de nouveaux équipements publics est indispensable, ne serait-ce que pour répondre aux besoins de rénovations et à la poursuite de l’accroissement de la population. Dans ces conditions, comment répondre aux futurs besoins de la population en matière d’équipements publics ?  En premier lieu, il faut penser à un vrai maillage territorial en matière d’équipements publics. Dans des zones urbaines telles que les nôtres sur le 92, il est possible d’éviter les doublons d’équipements et de faire, ainsi les économies. Nos concitoyens ont besoin que les politiques leur tiennent un discours sincère. J’espère que la mise en place de la Métropole du Grand Paris permettra ce vrai maillage nécessaire. Elle représente une vraie opportunité, il est temps de mettre fin aux arguments fallacieux et dogmatiques. En matière d’équipements publics les édiles doivent apprendre à travailler ensemble et retrouver l’intérêt général et celui des territoires.

 

 

 

* : Il est à noter que les taux d’emprunts pour les collectivités sont actuellement au plus bas

 **: l’Etat pour résoudre ses problèmes de déficit se désengage financièrement et aide moins : Communes, Départements, Régions …