Issy, retour sur le Conseil municipal de février

Lors du dernier conseil municipal du 7 Février 2019, j’ai souhaité intervenir sur un certain nombre de sujets traités dans les délibérations. J’ai tout d’abord pris la parole sur le budget primitif de notre commune. Sur la rubrique de fonctionnement j’ai voulu avoir des précisions car j’ai constaté que les charges à caractère général sont en baisse d’environ moins 10% vs budget précédent. J’ai demandé quels types d’économies allaient être effectuées pour atteindre ce résultat, car in fine je ne souhaite pas que ces économies soient faites sur la nature des services publics.

A propos de la rubrique d’investissement, j’ai interrogé l’adjointe aux finances sur une opération patrimoniale de 4M€ inscrite aux dépenses. Un autre investissement du budget 2019 me pose questions, il s’agit de la réhabilitation de la halle Christiane Guillaume. Les réponses apportées par la majorité sur ce sujet ne m’ont pas convaincues. En effet je suis étonnée par la nature des travaux prévus sur un équipement, qui n’a qu’une dizaine d’années. Dans le contexte de la construction du Parc municipal des Sports (Jean Bouin), j’estime que ce nouvel équipement sportif pourrait accueillir de l’escalade, du golf, et du Yoga (plutôt que d’effectuer des travaux onéreux dans la halle Christiane Guillaume). Et prévoir un nouvel espace d’escalade très proche de celui des arches me parait étrange (dans un autre quartier de la ville cela aurait pu avoir du sens). Je ne comprends pas cette dépense d’investissement, dans la mesure où à Issy-les-Moulineaux d’autres installations sportives sont vieillissantes et auraient besoin d’être rénovées (Gymnase Jules Guesde …). Enfin j’estime qu’en matière d’investissements, un certain recours à l’emprunt dans une période où les taux sont bas, permettrait d’étaler les charges dans le temps sans fragiliser les finances de la ville, mais la majorité ne veut pas en entendre parler c’est une erreur. Compte-tenu de ces divers éléments je n’ai pas voté le budget primitif.

Je suis ensuite intervenue sur la délibération n°7 à propos contrat de développement entre la ville et le département des Hauts-de-Seine. Quatre projets sont intégrés à ce contrat il me semblait intéressant de savoir quels sont les critères qui ont amené à intégrer à ce contrat des projets territoriaux en particulier plutôt que d’autres. Il semble que ce soit d’abord les compétences du Conseil Départemental qui priment dans le choix des projets.

La délibération N°8 traitait du budget alloué au plan local de sécurité. L’offre budgétaire destinée à ce dossier reste constante en 2019, mais j’ai fait remarquer qu’elle peut paraitre relativement faible (30 450 €) si on la ramène au nombre des moins jeunes de 18 ans sur la ville qui sont 14 600. Au-delà des budgets alloués, sur ce type de dossier ce qui est déterminant c’est aussi la nature du projet porté pour mieux tenir compte des mutations de la société et des changements de comportements des jeunes.

Le projet présenté dans la délibération N°12 m’a semblé intéressant. J’ai déjà eu l’occasion de l’indiquer, je soutiens le projet de mise en place du télétravail pour les agents de la ville. J’ai profité des échanges sur ce sujet pour aborder des points tels que les dispositions prises en matière d’assurance individuelle et de responsabilité civile pour les agents travaillant à leur domicile. Et sur la prise en charge des forfaits internet des salariés.

J’ai voté la délibération n° 21 relative à « l’avis sur le déploiement de la zone à faibles émissions « . Comme l’a signalé à maintes reprises Airparif dans ses rapports de surveillance et d’information, la qualité de l’air est un enjeu majeur de santé publique.
Un taux élevé de particules fines et ultrafines dans l’air est un facteur de risque sanitaires de maladies cardio-vasculaires, d’affections pulmonaires, cancer du poumon. Il a un effet direct sur la diminution de l’espérance de vie. Il est donc nécessaire de réduire progressivement le parc automobile vieillissant qui est plus polluant et le plus émetteur de particules fines. Mais, ceci génère on le comprend beaucoup d’inquiétudes car les enjeux financiers peuvent être conséquents pour les foyers concernés. Il nous a été confirmé que diverses dispositions sont prévues dans ce cadre pour accompagner financièrement nos concitoyens vers cette transformation du parc automobile.

En question diverse, j’ai voulu revenir sur un point d’actualité. « Il y a quelques semaines une forte explosion due au gaz a eu lieu rue de Trévise à Paris, ce qui a provoqué beaucoup d’émotion et certaines inquiétudes par rapport à l’état des conduites de gaz dans Paris et sa proche banlieue. Dans ce contexte pouvez-vous faire un point sur l’état du réseau gazier sur notre ville, sur son entretien, sur le renouvellement des conduites et les contrôles effectués ». Suite à cette question l’adjoint en charge de ce dossier s’est voulu rassurant sur le bon état de ces installations sur notre ville.

Ce conseil municipal a confirmé les tensions au sein de la majorité (qui durent depuis juillet 2017). Au fur et à mesure du conseil, les désaccords ont laissé la place à des attaques personnelles. Les isséens apprécieront le moment venu.

Issy, retard sur la construction du futur supermétro du Grand Paris Express

(c) Le Parisien

(c) Le Parisien

Après plusieurs semaines d’attente, la décision gouvernement est tombée. Par la voix du Premier ministre Edouard Philippe et du Ministre des transports Elisabeth Borne, nous avons appris le nouveau calendrier de réalisation du Grand Paris Express : la totalité des lignes devraient pouvoir être achevées d’ici 2030 …

Issy-les-Moulineaux est directement concerné par ce projet. En effet sur les 200 kilomètres de lignes, 68 gares et 7 centres techniques prévus, deux gares de la « ligne 15 » sont situées sur notre ville à « Léon Blum » et  au « Fort d’Issy-Vanves-Clamart ». Sur ce tronçon sud les travaux ont déjà commencé, mais c’est avec deux années de retard qu’ils devraient être terminés : soit en 2024 (si l’on en croit les estimations actuelles).

Dans ce contexte quelles seront précisément les incidences de ce retard sur les projets d’aménagement de notre ville et notamment pour le secteur Léon Blum ?

Je souhaite que des éclaircissements soient rapidement apportés sur ce point.

Meilleurs voeux 2018 !

Je vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, une bonne et heureuse année 2018 !

Si nous revenons en quelques lignes sur l’année qui vient de s’écouler, c’est le projet de fusion entre notre commune d’Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt qui a été au centre des débats municipaux : il parait aujourd’hui écarté. Dès son origine, cette tentative de fusion semblait vouée à l’échec. Tout d’abord parce qu’elle était imposée aux citoyens et que les systèmes de gestion des deux villes n’étaient pas conciliables : services publics (délégations de services publics/gestion directe), sécurité (police municipale), taux de logement social, tissu associatif …

A présent en cette période de rigueur budgétaire, j’aimerais que le maire d’Issy-les-Moulineaux soit transparent et dresse un bilan financier précis de cette opération inutile. Les isséens ont le droit de savoir ce que cela leur a couté principalement : les différentes missions de communication, les réunions thématiques et le temps consacré par les services administratifs de la ville.

Pour ma part en 2018, vous le savez je poursuivrai mon action pour qu’à Issy-les-Moulineaux le citoyen soit réellement mis au centre des projets et associé davantage aux grands chantiers en cours qui vont restructurer notre ville, notamment ceux de la Zac Léon Blum et de la Zac Cœur de ville.

Au plaisir de vous rencontrer et d’échanger avec vous sur Issy-les-Moulineaux, je vous renouvelle tous mes vœux pour 2018 et pour la réussite de tout ce que vous souhaitez entreprendre !

Issy, comment réussir la réhabilitation du quartier Léon Blum ?

TRACT LEON BLUMLe quartier Léon Blum situé entre la rue Aristide Briand, l’avenue de Verdun et la gare RER Issy va être réaménagé, avant l’arrivée de la ligne 15 du Métro Grand Paris Express.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Léon Blum, venez échanger avec vos élus du groupe « Issy c’est possible » lors de notre permanence du 30 avril prochain de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves

Issy, La filière SEM ne doit pas quitter le Lycée Ionesco,

500_4383_vignette_ISSY_01Le 14 Janvier, le comité technique académique a décidé du transfert des six classes de Bac Pro Systèmes électroniques numériques (SEM) du lycée Ionesco à Issy-les-Moulineaux vers le lycée «Les Côtes de Villebon»  de Meudon-la-Forêt.

En l’état cette décision est ressentie par l’ensemble des interlocuteurs comme incohérente, injustifiée et inique.

En effet, pourquoi vouloir déstabiliser une filière d’enseignement qui fonctionne bien sur Issy-les-Moulineaux, qui attire de nombreux élèves et satisfait parents et enseignants.

Pour délocaliser la filière SEM, l’argument du sureffectif sur Ionesco ne tient pas, car la plupart des lycées des Hauts de Seine sont eux aussi dans ce cas, et pour Issy des solutions à court terme peuvent être trouvées comme l’optimisation de l’occupation des salles ou l’installation de locaux modulaires.

Et en cette période de contraintes budgétaires pourquoi mettre en œuvre cette délocalisation qui coutera aux contribuables franciliens plus de 3 Millions d’€  pour l’aménagement de nouveaux locaux.

Dans ce contexte, c’est le bon sens qui doit l’emporter. Les attentes des élèves, des parents et des professeurs doivent être entendues par le rectorat, pour le maintien de cette filière professionnelle sur Issy-les-Moulineaux, au sein d’un bassin d’entreprises et d’emplois tout à fait dédié à la sphère numérique.

Issy, retour sur le dernier Conseil Municipal de 2015

construction d'immeubleLe 17 Décembre s’est tenu le dernier conseil de l’année 2015. Voici en substance les dossiers d’urbanisme, de développement durable et des espaces publics sur lesquels je me suis exprimée. Janvier 2016 va voir la mise en place de la Métropole du Grand Paris, par crainte de perdre un certain nombre de prérogatives, des communes comme Issy-les-Moulineaux ont accéléré le vote de délibérations notamment en termes d’urbanisme au détriment d’un vrai débat sur des dossiers essentiels. Et plutôt que de répondre aux questions le maire a préféré avoir recours aux invectives : sans respect ni pour les isséens, ni pour les élus d’opposition : des méthodes d’un autre temps !

La modification du PLU a été soumise au vote. Notre groupe Issy c’est possible s’est abstenu, car j’ai rappelé que nous constations clairement dans ce document, une volonté de poursuite de l’accroissement de la densification. Il va s’agir d’une poursuite de la densification par la hauteur, au détriment d’une harmonie globale de notre ville et de la création de vrais espaces de vie. Nous craignons la déstabilisation des zones d’habitat individuel qui devraient pourtant constituer des points essentiels de respiration. C’est un document très technique qui a été  présenté à concertation, qui ne fait pas précisément de référence au citoyen, à son bien-être, ses besoins. Les rapports sociaux ne sont pas non plus évoqués, ni comment améliorer la cohabitation entre les flux de professionnels travaillant sur Issy et les résidents.

D’autre part tout projet doit reposer sur un respect des trois tiers : activités économiques/commerces, logements et espaces publics. Mais le PLU ne prévoit pas d’engagement sur ce point. Et les indications concernant la part réservée à des espaces de vie, de promenade, d’espaces verts au sol pour s’approprier la vie des quartiers, les berges de Seine ne nous ont pas semblé suffisantes.

Deux créations de Zac ont été soumises au vote lors de ce Conseil.

Pour la Zac Cœur de ville, j’ai rappelé qu’il va s’agir d’un secteur de 3 Ha que nous jugeons  stratégique pour l’évolution de notre ville, pour créer un lien entre la Mairie et Corentin-Celton. Nous avons regretté la forme de concertation utilisée sur ce dossier qui s’est écoulée dans le temps sur plusieurs années, sur des projets différents sans vision claire de volonté municipale. Sur le projet actuel nous avons regretté que la proportion de logements ne soit pas plus élevée car sur cette Zac en plein centre-ville le logement est préférable à du bureau pour créer du lien social, de la vie au sein du quartier à différentes heures de la journée, le soir et le week-end. Nous avons aussi rappelé notre souhait de l’implantation d’équipements culturels et la nécessité selon nous d’y développer de vraies voies piétonnes qui pourraient bénéficier aux habitants et aux commerçants et permettre une ouverture plus naturelle vers Corentin Celton.

Concernant la Zac Léon blum,  je suis intervenue pour déplorer la sur-densification. C’est un projet de 132 000 m² qui est prévu avec logements, commerces mais aussi à nouveau des bureaux et un immeuble dit « signal » (au moins R+15). Et nous n’avons pas eu d’assurance que la répartition actuelle des types de logement sociaux sera maintenue. Dans le cadre de la création de cette Zac notre groupe a déposé un amendement pour demander d’inclure au programme des équipements publics, une zone de 750 m² pour réaliser une annexe au lycée Ionesco afin de maintenir la filière de Bac professionnelle actuelle. Même si sur le fond, l’ensemble des élus partage cette préoccupation la majorité a choisi de voter contre notre amendement, sans en fournir de réelles explications.

Lors de la délibération relative à la suppression de la Zac des Bords de Seine, nous avons rappelé les inquiétudes de nombreux riverains concernant les problèmes réguliers constatés qu’il s’agisse de sécurité, propretés des sols, de ramassage des ordures insuffisant ou du manque de stationnements pour les bus touristiques qui bloquent une voie de la RD7.  C’est un dossier que nous continuerons à suivre avec attention.

Sur les 65 délibérations soumises au vote deux délibérations concernaient  le plan climat énergie territorial et le rapport sur la situation en matière de développement durable sur Issy.

J’ai rappelé que notre population est très attachée à ces dossiers et que nous souhaiterions que des engagements ambitieux soient pris sur ces dossiers. Ainsi pour les nouvelles constructions des futurs quartiers Léon Blum et Cœur de Ville, il faut prévoir la construction de bâtiments à énergie positive.

Chaque conseil se termine sur des questions diverses. J’ai interrogé la municipalité sur l’impact des futurs grands travaux sur la ville (Bassin de rétention sous le stade Gabriel Voisin, Zac Léon Blum, Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express) pour savoir comment elle comptait limiter les nuisances pour les riverains. Des réponses ont été apportées pour le chantier du bassin de rétention (initié par le Conseil Départemental) mais aucune information pour la gestion des deux autres chantiers : dossiers à suivre.