Issy, focus sur le Conseil Municipal du 10 Octobre 2019

 

Parmi les cinq Conseils Municipaux annuels d’Issy-les-Moulineaux, celui d’octobre est souvent le moins dense. Ce fut le cas cette année,  trente délibérations ont été présentées, mais de nombreuses n’étaient que des prises d’actes. Je voudrais néanmoins revenir sur certains sujets, qui ont retenus mon attention.

Je n’ai pas voté la délibération n°7 qui concernait la pépinière d’entreprises située rue Jean-Jacques Rousseau à proximité du Gymnase Jacques Godet. La SEMADS  propriétaire actuelle va céder ce terrain à la Société OGIC (promoteur immobilier boulonnais).  Dans ce contexte, j’ai demandé à l’adjoint à l’urbanisme, si cette pépinière d’entreprises allait disparaitre ou plutôt être relocalisée ailleurs sur la ville. L’adjoint à l’urbanisme a préféré parler des ventes de logements déjà réalisées par OGIC sur cette parcelle, plutôt que de répondre précisément à ma question. Si on en croit le permis de construire délivré, la superficie de la pépinière d’entreprises va être remplacée par 11423 m² de logements et seulement 1220 m² correspondant à un « hôtel d’entreprises ». Je pense qu’une mixité d’activités aurait dû être maintenue sur cette zone, et je m’interroge : avec cette délibération quel signe la ville veut-elle envoyer aux dirigeants des très petites entreprises (TPE) ?

La délibération n°9 concernait une convention initiée par Paris pour établir une coopération avec les différentes communes de la petite couronne. Après des années de tensions avec Paris, il était temps qu’une démarche de collaboration soit engagée entre la Paris et les communes limitrophes sur des dossiers aussi importants que la mobilité, la qualité de l’air …  C’est l’intérêt général qui, in fine, l’emporte et j’estime que c’est une bonne chose. Ceci est sans doute à mettre au bénéfice de la Métropole du Grand Paris qui contraint les communes à enfin coopérer efficacement.

La délibération n°10 concernait une « étude » évaluée à 1,25 M€ HT pour répertorier les facteurs favorisant l’émergence de la Ligne de métro n°12 au-delà du terminus actuel de Mairie d’Issy (jusqu’au quartier de la Ferme à l’entrée de Meudon).  Je n’ai pas voté favorablement à cette délibération, car le montant avancé m’a semblé trop élevé compte tenu de la mission présentée.                                                                                                      C’est un dossier dont il est question depuis longtemps, et qui est techniquement complexe et couteux. Et rappelons-le, notre ville n’est pas compétente en matière de transports publics, c’est la Région. D’autre part, dans la délibération la présentation de la situation actuelle était très partielle, car le contexte global de la ligne 12 n’était pas pris en compte. Il n’était pas précisé que pour le moment il n’y a pas d’interconnexion prévue à la gare Léon Blum (pour envisager un prolongement il faudra concevoir cette interconnexion, la construction sera compliquée techniquement et très couteuse). Et il faut aussi indiquer qu’à ce jour le prolongement de la ligne 12 au nord de Paris jusqu’à Mairie d’Aubervilliers a pris beaucoup de retard et n’est toujours pas terminé.                     Que notre ville rappelle régulièrement son souhait de voir le dossier avancer est légitime, que cela coûte 1,25 M€ aux isséens est plus contestable.

A la fin du Conseil Municipal, j’ai interrogé la majorité municipale à propos du tri : « Courant septembre, les isséens ont reçu dans leurs boites aux lettres un document A5 concernant le tri des déchets et précisant qu’à partir d’octobre 2019 je cite « tous vos emballages plastique, métal, papier, carton etc vont dans la poubelle jaune ». Contrairement à l’ensemble de tous les pays européens, qui ont choisi le tri sélectif entre toutes les catégories de déchets, GPSO semble privilégier la poubelle unique. Ainsi, pouvez-vous nous indiquer précisément quel est désormais le nouveau processus technique qui a été mis en place à l’usine du Syctom pour le traitement des déchets de tous les types d’emballages ? ».  Quelles que soient les formes de recyclage mis en place, je pense que sur ce dossier l’objectif des collectivités doit de réduire le recours au plastique pétrole. Elles doivent inciter les ménages et les entreprises locales à utiliser moins de matières plastiques, pour mettre fin à l’usage immodéré du plastique non compostable.

Issy, Meilleurs vœux 2019

new-year-3867671_960_720

En ce début janvier, je vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, une bonne et heureuse année 2019.

Durant toute l’année qui vient de s’écouler, les dossiers liés à la transition écologique et à la protection de l’environnement ont été régulièrement au cœur de l’actualité.

Localement, je souhaite aussi que l’ensemble des enjeux environnementaux soient mieux pris en compte. Qu’il s’agisse de la qualité de l’air, du déploiement des énergies renouvelables, de l’économie circulaire, de la préservation de la biodiversité, des droits des animaux et du vivant, des coopératives d’habitants, des modes de déplacements doux, du co-voiturage, de l’éco-construction, de la co-élaboration des projets … ces dossiers doivent être mis au centre de l’action et je m’y emploierai.

Au plaisir de vous rencontrer et d’échanger avec vous sur Issy-les-Moulineaux, je vous renouvelle tous mes vœux pour 2019 et pour la réussite de tout ce que vous souhaitez entreprendre !

Issy, retour sur le conseil municipal du 12 octobre 2017

A propos des délibérations qui nous ont été présentées, je suis notamment intervenue sur le financement du TUVIM pour 2018. Je voulais savoir si la gratuité actuelle serait maintenue. Le Maire n’a pas apprécié ma question, comme si les isséens n’avaient pas besoin d’obtenir des précisions sur ce point ! L‘adjointe aux finances a fini par indiquer que la gratuité pour les usagers serait maintenue en 2018 : je suivrai particulièrement ce dossier dans les semaines à venir.

Vente du chalet de Vaupereux : Je me suis opposée à la vente à perte de ce chalet. En effet, la majorité a choisi de conclure une vente 400 000 € au dessous des estimations des Domaines (établies à 1 500 000€). J’ai jugé qu’il s’agissait de très mauvaises conditions financières pour la ville : d’ailleurs l’adjointe en charge du dossier a eu du mal à l’expliquer. Force est de constater que pendant de nombreuses années la ville a cessé d’entretenir ce bien, qui s’est dégradé. Pourtant il aurait été possible de conserver cette propriété, chère à de nombreux isséens grands et petits, Il aurait fallu concevoir un vrai projet de développement, autour de ce chalet et du parc mais il n’y a pas eu cette volonté politique et in fine ce patrimoine de notre commune a été bradé et je le déplore.

Enfin dans le moment réservé aux questions diverses, j’ai interrogé la majorité sur ses projets pour valoriser l’économie circulaire sur notre territoire. Si des initiatives ont commencé à être mises en place, il reste encore à faire. Sur Issy-les-Moulineaux, je continuerai à être attentive à ce dossier, dont l’objectif est de réduire les consommations de ressources (eau, énergie …) et également la production de déchets sur la ville.

 

 

Issy, pour une vraie mobilité à vélo

Depuis de nombreuses années, je souligne régulièrement l’absence sur Issy  de véritables  voies de circulation réservée aux cyclistes. Des voies qui seraient séparées physiquement de la chaussée et qui constitueraient un réel réseau de déplacement, permettant une continuité de circulation.

Pour les trajets urbains courts, les isséens qui veulent privilégier l’usage du vélo dans la ville doivent continuer à se déplacer et slalomer sur des « bouts » de pistes cyclables : il n’y a pas d’autres mots pour appeler cela. Nous en avons une nouvelle traduction depuis quelques semaines sur l’ile Saint Germain.

img_20161010_085543img_20161010_085520

La majorité municipale ne peut-elle s’inspirer des expériences réussies qui sont nombreuses en France et à l’étranger

Quand les isséens pourront-ils disposer de conditions de déplacement correctes pour les utilisateurs quotidiens de la petite reine, ceci en toute sécurité? Il faut que sur Issy le vélo rime enfin avec déplacements de transit : les cyclistes doivent être enfin respectés !

 

 

Cœur de ville, osons choisir ensemble son futur visage

DSCN1655.JPG

Le 26 mars dernier, lors d’une permanence des élus  « Issy c’est possible » j’ai eu à nouveau l’occasion avec mes collègues conseillers municipaux du groupe, d’échanger avec nos concitoyens sur le projet « cœur de ville ». Les attentes des isséens sont nombreuses en matière de commerces, d’animation du centre ville, de lien entre Mairie d’Issy et Corentin Celton… Conscients des préoccupations de nos concitoyens nous avons ainsi rappelé les enjeux du projet dans l’article de point d’appui du mois d’avril :

« Le temps avance… Le déménagement d’Orange Lab des 3ha qui forment la ZAC Cœur de ville approche. Les travaux de démolition du site également… Et les Isséens ne savent toujours rien du visage de notre futur centre-ville. Ce quartier emblématique doit relever le défi de faire « cœur de ville » pour relier les deux centres historiques de notre cité : Corentin Celton et le quartier de la Mairie. Que savez-vous du projet aujourd’hui? 40.000m2 de bureaux, 40.000m2 de logements, 15.000 m2 de commerces, un équipement petite enfance. Sans doute un cinéma… Les informations perlent au compte goutte. Mais jamais la Caisse des Dépôts et la municipalité ne se sont souciées jusqu’ici de vos envies, de vos attentes sur le visage que doit prendre ce quartier. Faire centre-ville, cela suppose de créer une adhésion pour que ce centre-ville nous rassemble, nous ressemble et fasse sens dans la ville pour que chacun s’y retrouve. Combien d’entre vous vont à Paris, à Vélizy ou à Boulogne pour faire leur shopping plutôt qu’à Issy? Ce quartier doit être l’occasion pour les isséens de se réapproprier le centre-ville qui doit dynamiser l’ensemble de la ville à partir des grands axes de communication.
Vous comprendrez que le futur projet sera sans doute très dense, trop dense, à l’image de ces tours d’habitation collées les unes aux autres qui sortent de terre au val de Seine. L’objectif de rentabiliser les m2 ne doit pas effacer l’impérieuse nécessité qu’une ville doit participer au bien vivre de ses habitants. Un centre-ville doit lui donner de l’âme. En 2014, nous avions proposé de lancer un concours d’architecture dont les isséens seraient le jury final par un référendum local pour décider du visage de ce cœur de ville. Nous avons peut-être eu tort dans les urnes, mais les faits nous donnent parfois raison  : notamment lorsque nous disions que les tours du Pont d’Issy ne se feraient pas, d’abord pour des raisons économiques.
La majorité municipale osera-t-elle cette audace démocratique qui consiste à vous donner la parole pour décider ensemble du quartier qui nous rassemblera tous ? »

RD7, les isséens toujours pris entre deux feux

feu orange

Dans les Hauts-de-Seine, la RD7 est un axe majeur pour les déplacements le long de la rive gauche de la Seine. Son tronçon entre Paris, Issy et Sèvres fait l’objet d’un réaménagement, qui n’est pas encore terminé.

Sur Issy-les-Moulineaux, les déplacements le long de la RD7 sont principalement constitués d’une circulation de transit. Néanmoins, nos concitoyens doivent supporter au quotidien l’ensemble des infrastructures, qui ont été mises en place lors de ce réaménagement, et notamment les feux de circulation.

Il faut le rappeler, dès l’origine du projet de réaménagement de la RD7, les riverains et les associations de préservation de l’environnement souhaitaient la mise en place d’une 2×1,5 voies sans feu, avec rond points et terre-plein central. En effet, ceci aurait eu pour avantage d’allier une fluidité du trafic, avec une véritable circulation douce à proximité de la Seine. D’ailleurs ce type d’aménagement a déjà été mis en œuvre avec succès par exemple à Nantes, et permet aussi d’assurer aux piétons la sécurité de franchissement sur les passages protégés et la visibilité partagée avec les automobilistes. Pourtant, c’est un programme de 2×2 voies avec feux de circulation, qui a été choisi par le Conseil Départemental.

Aujourd’hui l’aménagement routier étant terminé sur Issy, nous pouvons observer le résultat. Entre le pont de Billancourt et le pont d’Issy, ce sont 13 feux non synchronisés qui ont été mis en place, sur une distance d’1,3 km. Et sur le tronçon qui est encore en travaux : entre la place de la Résistance, le carrefour de Vaugirard et Sèvres, on observe que les feux continuent à émerger…

On ne peut que s’interroger : pourquoi avoir implanté cette multitude de feux de circulations, sur un axe qui n’a jamais été considéré comme accidentogène ?  Et en l’état d’autres questions se posent : quel est le bilan carbone prévisionnel de ce nouvel aménagement ? Et quels vont être les coûts de maintenance de l’ensemble des nouveaux feux implantés dans le cadre de ce réaménagement de la RD7 ?

Globalement je déplore ce modèle d’infrastructures qui n’est qu’un schéma du passé, qui s’inscrit complètement à contre temps des tendances ergonomiques et durables actuelles. Ce programme laisse la place au « tout-voitures » plutôt qu’à la cohabitation équilibrée entre voitures et circulations douces. Et pratiquement quid de l’avenir de cet axe, alors que l’on sait que Paris a clairement indiqué depuis de nombreuses années, qu’il avait pour objectif de limiter de plus en plus la place de la voiture à l’intérieur de son enceinte.

En termes de mobilité, j’espère que la métropole du Grand Paris permettra enfin d’harmoniser les démarches et d’initier des politiques cohérentes au sein d’un même territoire.

COP 21, le devoir de réussir !

Image

logo-cop-21-carr--Tribune du groupe « Issy c’est possible ! » publiée dans le journal municipal « Point d’Appui » de décembre 2015.

« Du 30 novembre au 11 décembre 2015, Paris va accueillir la Conférence mondiale pour le climat. Cette conférence doit impérativement aboutir à un accord multilatéral pour réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Il ne s’agit pas d’un simple accord entre états. L’enjeu derrière est celui de la survie de notre espèce à moyen terme, sans parler des autres espèces. Notre planète ne pourra pas continuer à porter toute l’humanité avec 2 ou 4°C supplémentaires. Les catastrophes climatiques (typhons, hausse du niveau des océans, sècheresses, pluies torrentielles…) auront raison de notre arrogance.

Nous avons tous le devoir de prendre conscience de l’urgence de travailler ensemble à la lutte contre le réchauffement climatique. Les gestes simples sont légions : éviter de prendre des emballages plastiques, marcher plutôt que prendre sa voiture, éteindre

Issy, Enquête publique sur travaux GPE

Issy-les-Moulineaux-20151107-00034Jusqu’au 28 novembre 2015, se déroule une enquête publique sur la construction de la Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express.

Cette enquête concerne la conformité du projet de construction des gares et du site de maintenance des infrastructures en particulier avec la Loi sur l’Eau (incidences sur l’environnement, nappes souterraines …).

Sur Issy, quatre ouvrages sont directement liés aux travaux l’implantation de la Ligne 15 : Place de la résistance et parc Henri Barbusse (puits d’aération) et la Gare Issy-RER et la Gare Issy/Vanves/Clamart.

Je vous incite à participer à cette enquête pour faire part de vos différentes remarques.

Révision du PLU, encore un effort pour une ville durable et humaine !

Vector Landscape Town or City in Flat Design Retro Style Illustration

En 2014, dans notre « manifeste pour une ville durable et harmonieuse », nous avons présenté un projet pour mettre en place un urbanisme au service des habitants, de la ville et des usagers. Nous avons aussi rappelé ce que disait l’architecte Le Corbusier : « les clefs de l’urbanisme sont dans les fonctions : habiter, travailler, se recréer dans les heures libres et circuler ».

Le projet de modification du PLU qui vient d’être soumis à enquête publique semble bien loin de cette vision. En fait, il poursuit toujours le même objectif de densification verticale de notre ville, au détriment d’une harmonie globale de notre territoire.

Des questions demeurent : quelles sont les mesures qui vont permettre de développer un nombre croissant de logements ? Est-on en phase avec le rééquilibrage de l’emploi entre l’Ouest et l’Est franciliens prescrits par le schéma directeur d’Île-de-France (SDRIF) ? Doit-on, continuer à construire des milliers de m2 de bureaux supplémentaires sur notre ville ? Ces questions auraient dû vous être clairement posées. La majorité actuelle a préféré soumettre lors de l’enquête publique un projet très technique, compartimenté et difficile à appréhender dans sa globalité.

Issy-les-Moulineaux va connaître, dans les prochaines années de profonds bouleversements. De nombreux programmes d’aménagements sont en projets : ZAC Léon Blum et Rodin, Quartier de la Ferme, Coeur de Ville, Hauts d’Issy (Gare fort d’Issy), secteur Guynemer/Jeanne d’Arc.

Dans ce contexte, pourquoi ne pas avoir engagé une réflexion de fond sur le seuil acceptable en matière de densification ? Pourquoi ne pas avoir pensé notre ville dans son environnement direct de Paris ?

Et plus globalement, quelle est dans ce projet de PLU 2015 la vision spécifique pour construire une ville plus durable, plus ouverte aux espaces verts et aux espaces de vie ?

Le Plan local d’urbanisme qui sera présenté en Conseil Municipal en décembre 2015 devra répondre à toutes ces questions.

Nous souhaitons qu’il ait pour fondement la volonté de mettre en place un urbanisme réfléchi, harmonieux et social qui soit respectueux de l’habitat actuel, de l’identité et de la diversité de nos quartiers, mais surtout du tissu social existant et du vivre ensemble.

Tribune Municipale du Groupe Issy c’est possible, publiée dans Point d’Appui d’Octobre 2015 : Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhès, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (Front Démocrate-UDE), conseillers municipaux.

Issy – Règlement local de publicités

Car on a road with billboards. Ad signs.Un règlement local de publicités doit être mis en place sur Issy-les-Moulineaux. Le cadre a été soumis à enquête publique, voici les éléments qui ont retenus mon attention et que j’ai déposés sur le registre de la consultation : « Si je suis d’accord avec les objectifs et les orientations définies, j’estime que la partie « actions » manquante sérieusement de précisions et reste trop vague et succincte.

Je pense que dans ce règlement il faut préalablement clairement définir trois zones différemment impactées par la publicité sur la ville.

Une 1ère zone à proximité de monuments, bâtiments classés à protéger,

Une 2ème zone n’étant pas à proximité de monuments, bâtiments classés à protéger et hors périphérie de la ville,

Une 3ème zone située en périphérie de la ville où les formes de communication sur des immeubles professionnels peuvent être plus largement tolérées.

Il n’y a pas de zonage ni de plan géographique pouvant aider les professionnels concernés : c’est un manque. Et les règles ne sont pas précisées de manière claire. Ce document reste sur un parti trop descriptif de l’état actuel sans prendre d’engagements forts, notamment pour la protection de notre patrimoine sous toutes ses formes. »