Une rentrée 2016 coûteuse pour les isséens …

Rentre scolaireA Issy-les-Moulineaux, la majorité municipale a choisi d’inscrire cette rentrée sous le signe des augmentations des tarifs des services municipaux liés à l’éducation : la restauration scolaire, la garderie et les activités périscolaires.

Notre groupe « Issy c’est possible » dans une démarche constructive a proposé un amendement pour maintenir les tarifs actuels.  L’article que notre groupe a publié dans le Point d’Appui de septembre revient plus précisément sur ces éléments :

« Avec le mois de Septembre, les isséens retrouvent le chemin du travail, des activités associatives, de l’école pour les plus jeunes… À Issy, cette rentrée est placée de nouveau sous le signe de l’augmentation des tarifs des services publics. Après le vote de la majorité municipale, les isséens verront s’alourdir leur budget pour les services municipaux, notamment liés à l’éducation et à la culture. Qu’il s’agisse de la restauration scolaire (jusqu’à +6 %), de la garderie (jusqu’à +53 %) ou des activités périscolaires (jusqu’à +2.8  %), les augmentations de tarif touchent tous ces services.

Non seulement, nous n’avons pas cautionné ces augmentations, mais nous avons proposé un amendement pour maintenir les tarifs actuels. Pourquoi cette position ? L’OCDE prévoit une inflation inférieure à 1 % en 2016 et en 2017 soit une augmentation bien en-dessous de celle que devront subir les isséens.

S’agissant de la restauration scolaire, suite un appel d’offre, le marché a été de nouveau octroyé au même prestataire. Particularité de ce nouveau contrat  : le prix d’achat du repas est inférieur au précédent marché. Il n’y a donc aucune raison d’augmenter le coût payé par les parents.

Enfin, l’éducation des plus jeunes et la culture qui concourent pleinement au vivre-ensemble et au développement de l’individu doivent rester une priorité.

Qu’en serait-il de ces tarifs si Issy et Boulogne fusionnaient  ? Cette question est légitime depuis le conseil municipal extraordinaire du 9 juillet, lors duquel le processus d’étude (première pierre du projet de fusion) a été lancé par la majorité municipale. Conformes à nos engagements, nous avons proposé une association plus large des citoyens à travers une consultation dans la durée et un référendum. Nous maintenons que la population doit avoir l’occasion de s’exprimer et de faire valoir son choix.

Nous vous souhaitons une excellente rentrée 2016 et une pleine réussite dans vos projets. Retrouvez nous lors de notre permanence, le dernier samedi de chaque mois (de 10h00 à 11h30) au 19 rue d’Estienne d’Orves.

Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS), Fabienne Gambiez (UDE – Front Démocrate) ».

Fusion d’Issy et de Boulogne : les citoyens ne seront pas consultés !

P1070778.JPGLors du conseil extraordinaire du 9 juillet 2016, la majorité municipale UDI-LR d’Issy-les-Moulineaux a adopté le principe de fusion d’Issy-les-Moulineaux avec Boulogne-Billancourt. Et elle  a rejeté l’amendement de même que  le vœu déposés par le groupe Issy c’est possible (PS-UDE-Front Démocrate), alors qu’ils visaient à mettre en place une consultation de la population sur ce regroupement de communes.

Suite à ce conseil, de nombreuses questions restent en suspens et je déplore que cette séance n’ait pas donné lieu à un débat apaisé sur ce dossier. Le premier adjoint qui est intervenu a choisi le ton de la polémique et l’arrogance pour répondre à nos différentes interrogations. Le Maire, quant à lui en guise de réponse s’est contenté de déplorer la baisse des dotations financières de l’Etat pour justifier cette procédure de fusion.

En rejetant notre amendement, le Maire d’Issy-les-Moulineaux a ainsi choisi de ne pas associer nos concitoyens. Les Isséens ne seront donc pas consultés sur la création de la nouvelle commune regroupant Issy et Boulogne et sur ses conséquences en matière de fiscalité, de qualité de services publics …

Ceci est plus que regrettable, car ce projet n’avait pas été évoqué, ni présenté aux électeurs lors du débat électoral de Mars 2014. Néanmoins dans les semaines à venir je continuerai, avec mes collègues du groupe Issy c’est possible, à diffuser les informations dont les isséens ont besoin pour mieux comprendre, les différents enjeux de cette fusion. Car la transparence est pour moi l’une des garanties d’un bon fonctionnement démocratique.

Issy & Boulogne : Création d’une commune nouvelle ?

P1070508Le samedi 9 juillet 2016 à 10h30, se déroulera une séance extraordinaire du Conseil Municipal d’Issy-les-Moulineaux, à l’ordre du jour : « la création d’une commune nouvelle en lieu et place de la commune de Boulogne-Billancourt et de la commune d’Issy-les-Moulineaux ».

Une seule délibération sera discutée dans le cadre de cette séance publique.

Lors de ce Conseil, je souhaite que des éclaircissements soient enfin apportés officiellement sur les motivations de cette fusion, sur ce que les isséens auraient à y gagner.

Et dans l’intérêt des isséens, il est temps de transmettre aux habitants de notre ville des informations objectives et transparentes sur ce dossier. Un vrai débat démocratique doit être initié et bien au delà de groupes de travail institutionnels. Enfin la population doit pouvoir décider via un référendum local de la disparition ou pas de notre commune.
En démocratie, aucune organisation ne peut être constituée ou fonctionner efficacement sans une réelle adhésion de la population. Sans un assentiment populaire, cette fusion sera vouée à l’échec :  nos concitoyens doivent se prononcer.

Fusion Issy-Boulogne, rechercher la transparence et le sens

P1070513En ce début juin, le maire d’Issy-les-Moulineaux n’a toujours pas communiqué de manière officielle, sur le projet de fusion de notre ville avec Boulogne-Billancourt. Aucune réunion d’information n’a été organisée pour expliquer aux isséens les motivations de ce projet, il y a tout juste eu quelques lignes préliminaires dans le Point d’Appui de mai. Depuis, rien d’autre, si ce n’est un publi-reportage dans Paris-Match.

Quand les isséens connaîtront-ils la configuration exacte de cette fusion entre ces deux villes majeures des Hauts-de-Seine ?

C’est dans ce contexte, que les élus du Groupe Issy-c’est-possible se sont exprimés  dans la tribune municipale du mois de juin :

« Depuis notre dernière tribune, une délégation d’élus de l’opposition a été reçue par le Maire de Boulogne et le 1er adjoint au Maire d’Issy pour évoquer cette problématique de fusion de nos communes.
Nous sommes de fervents partisans de la métropole du Grand Paris, lancée en janvier 2016. Elle sera appelée à évoluer obligatoirement ; un syndicat de maires produit difficilement du sens au service de tous. Dans cette optique, ce projet peut faire sens, à condition qu’il soit discuté avec les citoyens.
Lors de cette rencontre, nous avons formulé plusieurs exigences. D’abord, l’information de la population de nos deux villes.
Ensuite, la concertation. La forme juridique de cette fusion sera vraisemblablement une « Commune Nouvelle », qui permet de conserver l’identité des communes fusionnées, un maire et un conseil délégué. Pour nous, la recherche d’économie dans les frais de personnel et dans la mutualisation des politiques municipales ne peut être le seul moteur de cette opération. Il faut du sens et en premier lieu pour les habitants. Cette concertation est d’autant plus nécessaire que l’avènement de cette commune nouvelle nécessitera des choix ; Boulogne et Issy ont pris des options très différentes sur l’aménagement de leurs quartiers, sur la délégation ou non de services publics locaux (crèches, loisirs, culture, sports).
Cette harmonisation va prendre du temps. Nous avons demandé que les deux villes votent une délibération autorisant les deux maires à engager les discussions sur le sujet.
Enfin, la consultation. Il faudra d’une manière ou d’une autre consulter la population, avant de finaliser ce projet. Si la procédure de référendum local est compliquée à mettre en œuvre, il faudra trouver le moyen de vous consulter et de vous associer le plus largement possible. En 2014, la majorité n’a pas porté ce projet de fusion de nos communes dans son programme municipal. Dans cette période de crise démocratique, dans cette période où les villes deviennent un élément indispensable de l’organisation des réseaux de notre vie quotidienne, il nous paraît essentiel que vous ayez la parole.
Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (Front Démocrate – UDE) »

Issy-Boulogne : Projet de fusion …

P1070512Dans le Point d’appui d’avril, le maire d’Issy-les-Moulineaux s’exprime pour la première fois sur le projet de fusion de notre ville avec Boulogne-Billancourt. Il parle de nécessité liée à « la garantie du niveau et de la qualité de services publics … pour continuer à œuvrer au mieux vivre ensemble». Pourquoi l’établissement public territorial ou la Métropole du Grand Paris ne pourraient pas répondre à ces objectifs ?

En attendant un véritable débat sur ce dossier et conscients des préoccupations que ce projet provoque chez nos concitoyens, les élus du groupe des élus Issy-c’est-possible ont souhaité s’exprimer sur ce projet dans leur tribune municipale d’avril.

« À peine passée la tentative de fusion des communes de notre agglomération au 1er janvier 2016, alors que le Président Devedjian poursuit toujours sa lubie de fusion des Hauts-de-Seine avec les Yvelines, nous avons appris de la bouche du Maire de Boulogne, qu’il envisageait, avec notre maire, de fusionner Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt. Il s’agirait à terme d’intégrer le Département de Paris pour former un nouvel arrondissement de 180 000 habitants.
Ce projet pourrait avoir du sens si il avait pour optique d’élargir Paris, plutôt que diluer la capitale dans une Métropole syndicat d’élus faite de compromis a minima. Encore faudrait-il que les citoyens puissent choisir le projet métropolitain en fonction des grands enjeux urbains  : transports, logement, écoles, politiques de l’eau et des déchets, continuité entre les territoires et développement harmonieux de l’économie métropolitaine…
Jusqu’ici, nous n’avons pas été consultés, ni n’avons fait l’objet d’une quelconque information de la part de notre Maire. Parions qu’une délibération tombera du ciel, lors du Conseil municipal de juin qui ratifiera l’accord passé entre les deux maires.
Ce temps des élus omniscients et omnipotents est révolu. Si les deux maires mettent en avant leur volonté de se faire aussi gros que la Défense, la Silicon Valley et de peser dans la Métropole, nous affirmons que cette idée n’a d’intérêt que si elle fait sens pour nos deux territoires. Il faut un débat préalable, public, ouvert aux différents acteurs politiques de la ville, à votre écoute et transparent sur les enjeux.
Notre territoire est très attractif pour les entreprises. L’enjeu, c’est de placer les habitants au cœur du projet. Nous devons répondre à ces questions : quels seront les avantages que vous en retirerez pour vos services publics? De même, se posent des questions sur les taux futurs de nos impôts, mais surtout de la gestion de la dette mutualisée. En 2014, la dette par habitant était de 625 € à Boulogne contre 12 € à Issy. Notre gestion financière est tellement exceptionnelle que vous allez désormais payer la dette des voisins. Nous sommes favorables à un grand débat.
Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhes, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE – Front Démocrate). »

Issy & Boulogne : Union, Association, Fusion, Absorption ?

boulogne billancourtIl y a quelques heures, les isséens et les boulonnais ont appris par voie de presse que les maires d’Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt souhaitaient fusionner leurs communes.

En regroupant Issy-les-Moulineaux et Boulogne, André Santini « voudrait peser dans la Métropole autant que la Défense » (les Echos). Faute d’avoir pu obtenir la Présidence de Ladite Métropole, il tente à présent de redistribuer les cartes ?

Jusqu’alors le projet n’a pas été présenté en Conseil municipal, contrairement à ce qui est indiqué dans l’article des Echos. Pour ma part j’attends avec impatience d’entendre les arguments qui seront avancés en faveur de cette fusion. Car pour le moment   dans ce rapprochement, si je vois clairement l’intérêt de Boulogne, je m’interroge fortement sur ce que les isséens auraient à y gagner…

Compte tenu du peu d’informations disponibles à ce jour, ce sont les problèmes financiers de Boulogne qui me posent tout d’abord question. Pourquoi les isséens devraient payer et sauver ainsi la mise de Boulogne-Billancourt embourbée depuis plusieurs années dans le dossier d’aménagement de l’Ile Seguin ? Et d’autre part, ce projet de fusion n’ayant pas été évoqué lors de la campagne municipale de 2014, les maires des deux communes n’ayant pas été mandatés par leurs électeurs, je souhaite que les isséens et les boulonnais soient consultés par voie de référendum local.

Affaire à suivre …

 

Issy, à quoi va ressembler notre coeur de ville ?

Tract_CoeurdeVille_mars2016.pngLe réaménagement du cœur de ville est un projet majeur pour Issy-les-Moulineaux : il donnera un nouveau visage à notre centre-ville.
Les isséens y sont très attachés. Pourtant la municipalité ne distille que peu d’informations sur le contenu du programme, et encore… au compte-gouttes.

Voici le tract qui est distribué par l’UDE-Front démocrate et le PS pour présenter notre position sur ce dossier.

Sur ce projet Cœur de ville comme pour d’autres, venez échanger avec les élus du groupe Issy c’est possible lors de leur permanence le dernier samedi de chaque mois de 10h à 11h30, au 26 rue d’Estienne d’Orves. Prochaine permanence : samedi 26 mars.

Issy, budget primitif 2016 en trompe-l’œil

Budget concept image with business icons and copyspace.

Le budget primitif 2016 a été soumis au vote, lors du dernier conseil municipal du 11 Février 2016. Je ne l’ai pas voté, j’ai choisi de m’abstenir principalement pour les raisons suivantes.

Dans le budget primitif qui a été présenté pour 2016, la municipalité a choisi de maintenir son absence de recours à l’emprunt. Ainsi la ville va payer « cash » la deuxième piscine située au Fort, il faut préciser que celle-ci va tout de même peser sur le budget d’investissement à la hauteur de 26 M€ (dont 6 M€ de plus qu’initialement prévu).

Je déplore le choix de payer comptant ce type d’investissement lourd. Cette pratique aura pour conséquence de limiter mécaniquement la capacité globale de la ville à investir dans d’autres équipements publics, qui seront pourtant nécessaires pour accompagner la poursuite de la densification mise en place sur la ville et  la croissance de la population.

La municipalité actuelle continue de s’installer dans une posture dogmatique de refus de financer ses investissements par l’emprunt. Or, pour une ville de la taille d’Issy-les-Moulineaux, ceci est d’autant plus surprenant que les taux d’emprunts sont aujourd’hui au plus bas, et que les annuités seraient minorées par l’inflation.

Pour preuve, la capacité de désendettement de la ville est désormais de deux mois, alors que le chiffre de bonne gestion reconnu par les spécialistes des finances locales se situe entre 5 et 7 ans **. C’est donc un levier d’investissement ignoré délibérément par la municipalité en place.

De plus, avoir recours à l’emprunt permettrait d’étaler les dépenses d’investissement sur 15 ans sans fragiliser les finances de la ville et ceci éviterait aux habitants de payer cash des équipements lourds qu’ils n’utiliseront que peu de temps (en effet, le renouvellement de la population d’Issy-les-Moulineaux est élevé : moins de 40% des isséens résident sur la ville depuis plus de 10 ans).

Dans un document de communication récent, le Maire parle d’une « gestion millimétrée de la ville ». La formule est discutable car derrière les investissements, il y a toujours des choix politiques, comme celui par exemple de construire une deuxième piscine au Fort (plutôt que d’agrandir Alfred Sevestre), ce qui va accroitre les dépenses de fonctionnement. Je constate d’ailleurs que pour la première fois depuis 5 ans, les dépenses réelles de fonctionnement prévues dans le budget primitif 2016 dépassent les recettes réelles de fonctionnement de plus de 19 M€. A ce rythme, les excédents vont  disparaître en quelques années : le modèle financier de la ville doit donc être repensé.

Globalement dans ce budget primitif 2016,  je regrette aussi que compte tenu des moyens de notre commune, il ait été choisi de baisser les subventions aux associations  de -2,6 %, ainsi que et le budget du CCAS* de -2,2%. Et j’estime que dans le contexte global, la dynamique que pourra créer la Métropole du Grand Paris n’a pas été présentée de manière objective.

Enfin il est dommage que sur Issy-les-Moulineaux, les citoyens ne soient pas associés aux projets, aux investissements de la ville comme c’est le cas par exemple à Paris où le système de budget participatif a été mis en place. Il s’agirait d’une réelle avancée qui permettrait d’associer pleinement le citoyen à l’évolution de la ville, et d’ainsi mieux cerner les aspirations des isséens.

 * : Centre Communal d’Action Sociale

** : Le seuil d’alerte se situe au delà de 12 ans

Issy, retour sur le dernier Conseil Municipal de 2015

construction d'immeubleLe 17 Décembre s’est tenu le dernier conseil de l’année 2015. Voici en substance les dossiers d’urbanisme, de développement durable et des espaces publics sur lesquels je me suis exprimée. Janvier 2016 va voir la mise en place de la Métropole du Grand Paris, par crainte de perdre un certain nombre de prérogatives, des communes comme Issy-les-Moulineaux ont accéléré le vote de délibérations notamment en termes d’urbanisme au détriment d’un vrai débat sur des dossiers essentiels. Et plutôt que de répondre aux questions le maire a préféré avoir recours aux invectives : sans respect ni pour les isséens, ni pour les élus d’opposition : des méthodes d’un autre temps !

La modification du PLU a été soumise au vote. Notre groupe Issy c’est possible s’est abstenu, car j’ai rappelé que nous constations clairement dans ce document, une volonté de poursuite de l’accroissement de la densification. Il va s’agir d’une poursuite de la densification par la hauteur, au détriment d’une harmonie globale de notre ville et de la création de vrais espaces de vie. Nous craignons la déstabilisation des zones d’habitat individuel qui devraient pourtant constituer des points essentiels de respiration. C’est un document très technique qui a été  présenté à concertation, qui ne fait pas précisément de référence au citoyen, à son bien-être, ses besoins. Les rapports sociaux ne sont pas non plus évoqués, ni comment améliorer la cohabitation entre les flux de professionnels travaillant sur Issy et les résidents.

D’autre part tout projet doit reposer sur un respect des trois tiers : activités économiques/commerces, logements et espaces publics. Mais le PLU ne prévoit pas d’engagement sur ce point. Et les indications concernant la part réservée à des espaces de vie, de promenade, d’espaces verts au sol pour s’approprier la vie des quartiers, les berges de Seine ne nous ont pas semblé suffisantes.

Deux créations de Zac ont été soumises au vote lors de ce Conseil.

Pour la Zac Cœur de ville, j’ai rappelé qu’il va s’agir d’un secteur de 3 Ha que nous jugeons  stratégique pour l’évolution de notre ville, pour créer un lien entre la Mairie et Corentin-Celton. Nous avons regretté la forme de concertation utilisée sur ce dossier qui s’est écoulée dans le temps sur plusieurs années, sur des projets différents sans vision claire de volonté municipale. Sur le projet actuel nous avons regretté que la proportion de logements ne soit pas plus élevée car sur cette Zac en plein centre-ville le logement est préférable à du bureau pour créer du lien social, de la vie au sein du quartier à différentes heures de la journée, le soir et le week-end. Nous avons aussi rappelé notre souhait de l’implantation d’équipements culturels et la nécessité selon nous d’y développer de vraies voies piétonnes qui pourraient bénéficier aux habitants et aux commerçants et permettre une ouverture plus naturelle vers Corentin Celton.

Concernant la Zac Léon blum,  je suis intervenue pour déplorer la sur-densification. C’est un projet de 132 000 m² qui est prévu avec logements, commerces mais aussi à nouveau des bureaux et un immeuble dit « signal » (au moins R+15). Et nous n’avons pas eu d’assurance que la répartition actuelle des types de logement sociaux sera maintenue. Dans le cadre de la création de cette Zac notre groupe a déposé un amendement pour demander d’inclure au programme des équipements publics, une zone de 750 m² pour réaliser une annexe au lycée Ionesco afin de maintenir la filière de Bac professionnelle actuelle. Même si sur le fond, l’ensemble des élus partage cette préoccupation la majorité a choisi de voter contre notre amendement, sans en fournir de réelles explications.

Lors de la délibération relative à la suppression de la Zac des Bords de Seine, nous avons rappelé les inquiétudes de nombreux riverains concernant les problèmes réguliers constatés qu’il s’agisse de sécurité, propretés des sols, de ramassage des ordures insuffisant ou du manque de stationnements pour les bus touristiques qui bloquent une voie de la RD7.  C’est un dossier que nous continuerons à suivre avec attention.

Sur les 65 délibérations soumises au vote deux délibérations concernaient  le plan climat énergie territorial et le rapport sur la situation en matière de développement durable sur Issy.

J’ai rappelé que notre population est très attachée à ces dossiers et que nous souhaiterions que des engagements ambitieux soient pris sur ces dossiers. Ainsi pour les nouvelles constructions des futurs quartiers Léon Blum et Cœur de Ville, il faut prévoir la construction de bâtiments à énergie positive.

Chaque conseil se termine sur des questions diverses. J’ai interrogé la municipalité sur l’impact des futurs grands travaux sur la ville (Bassin de rétention sous le stade Gabriel Voisin, Zac Léon Blum, Ligne 15 sud du projet Grand Paris Express) pour savoir comment elle comptait limiter les nuisances pour les riverains. Des réponses ont été apportées pour le chantier du bassin de rétention (initié par le Conseil Départemental) mais aucune information pour la gestion des deux autres chantiers : dossiers à suivre.

COP 21, le devoir de réussir !

Image

logo-cop-21-carr--Tribune du groupe « Issy c’est possible ! » publiée dans le journal municipal « Point d’Appui » de décembre 2015.

« Du 30 novembre au 11 décembre 2015, Paris va accueillir la Conférence mondiale pour le climat. Cette conférence doit impérativement aboutir à un accord multilatéral pour réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Il ne s’agit pas d’un simple accord entre états. L’enjeu derrière est celui de la survie de notre espèce à moyen terme, sans parler des autres espèces. Notre planète ne pourra pas continuer à porter toute l’humanité avec 2 ou 4°C supplémentaires. Les catastrophes climatiques (typhons, hausse du niveau des océans, sècheresses, pluies torrentielles…) auront raison de notre arrogance.

Nous avons tous le devoir de prendre conscience de l’urgence de travailler ensemble à la lutte contre le réchauffement climatique. Les gestes simples sont légions : éviter de prendre des emballages plastiques, marcher plutôt que prendre sa voiture, éteindre