Pour tout savoir de l’histoire de la Halle Eiffel, ce lieu à préserver !

2360

Vous trouverez ci-dessous le dossier de la base de données Mérimée sur les monuments remarquables. Une bonne raison de plus de sauver ce dernier vestige de notre patrimoine industriel.

– See more at: http://www.puijalon.fr/pour-tout-savoir-de-lhistoire-de-la-halle-eiffel-ce-lieu-a-preserver/#sthash.1zjJtNjV.dpuf

Contribution à l’enquête publique IMEFA52

Lors de la remise de cette contribution au commissaire enquêteur le samedi 26 octobre, de nombreux isséens présent dans l’atelier d’urbanisme m’ont demandé des précisions sur les modifications des trajectoires des hélicoptères. Afin de répondre à leurs interrogations et souvent leurs inquiétudes, je publie cette contribution.

La municipalité d’Issy-les-Moulineaux souhaite construire un ensemble de trois tours au Pont d’Issy. Après une première enquête publique qui fait l’objet d’un recours compte tenu des conditions surprenantes dans laquelle elle s’est déroulée, la municipalité actuelle continue cette procédure dans le cadre du dépôt de permis de construire de la première tour.

Aujourd’hui les tours sont surtout construites dans les pays en voie de développement. En effet, on peut comprendre que ces pays souhaitent exprimer aux yeux des anciens pays colonisateurs leur puissance nouvelle par ce type de constructions. Toutefois, celles-ci ne sont plus adaptées aux agglomérations européennes en ce début du XXIème siècle, à cause des ses contraintes inhérentes qu’elles génèrent.

En effet, le modèle européen des villes s’est bâti sur l’horizontalité, avec une densification extrêmement développée dans des centres villes comme Paris où l’habitat haussmannien permet une densité au km2 en nombre d’habitants bien supérieure par exemple à celle du centre de Shanghai.

La municipalité d’Issy les Moulineaux pour justifier cette tour se réfère au SDRIF.

Celui-ci préconise en effet dans ses orientations, la poursuite de la densification des centres villes afin de palier à l’étalement urbain. En effet, en Ile de France, celles qui figurent parmi les terres agricoles les plus arables du monde sont grignotées en périphérie, hier par les villes nouvelles, aujourd’hui par des parcs logistiques destinés à assouvir les besoins de consommation de notre société moderne.

Or, dans le projet IMEFA52, il ne s’agit pas de densifier par du logement mais de construire des nouveaux bureaux. Pour la qualité de vie des franciliens, et pour diminuer les temps de transports, il convient donc de rééquilibrer la situation actuelle, en construisant des bureaux à l’Est de l’Ile de France.

Ce projet est donc contraire aux objectifs du SDRIF.

La municipalité argue, que la construction de bureaux à Issy les Moulineaux, « crée des emplois ». Or ce type de tours de bureaux n’est rentable pour l’investisseur que dans la mesure où il loue des grands plateaux. Ceux-ci ne sont financièrement accessibles qu’à des grands groupes qui viennent tous sur la ville avec leurs salariés, encourageant encore plus l’effet de transhumance entre l’est et l’ouest dans les transports en Ile de France. De plus, les transports en commun (T2) et le réseau routier sont déjà saturés aux heures de pointe. De plus, ce projet ne répond pas à la problématique spécifique de l’emploi sur Issy-les-Moulineaux où près de 80% de la population active isséenne ne travaille pas sur la ville. Il s’agit d’ailleurs d’un des taux les plus faibles du département des Hauts de Seine. La tour de bureaux Imefa52 va donc contribuer à accroitre ce déséquilibre.

Ce projet est donc contraire à l’intérêt des isséens.

Lire la suite