Halles Eiffel, les travaux ont malheureusement commencé

 

yiTHtvvYfRWUBbC-556x313-noPad

Dès lundi, les isséens ont pu le constater,  les travaux d’aménagement de la ZAC du pont d’Issy ont connu un tournant particulier.

En effet à présent les deux halles Eiffel sont malheureusement impactées par ces travaux.

Plus précisément la « petite halle » non classée a finalement été détruite. Si on l’en croit les engagements de la ville,la « grande halle » classée ne sera pas détruite, mais devrait être largement modifiée.

img_20161108_085543-00000002 img_20161108_085506-00000003

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer à plusieurs reprises sur ce dossier, je ne comprends pas pourquoi il n’a pas été envisagé de préserver ces deux halles qui constituaient un ensemble harmonieux, d’autant que les isséens ont toujours été  attachés aux Halles Eiffel présentes sur notre commune.

Malheureusement dans le projet d’aménagement de la Zac du Pont d’Issy, ce n’est que la grande halle qui sera maintenue mais en revanche elle sera déplacée. Et il faut rappeler que la structure que l’on connaissait sera largement dénaturée, puisque la toiture de tuiles sera remplacée par une sur-toiture vitrée.

Je regrette une nouvelle fois que les halles Eiffel n’aient pas été laissées en l’état, que l’intégralité de cet édifice n’ait pas été respectée puisqu’il faisait partie des bâtiments et architectures à protéger sur Issy-les-Moulineaux.


Issy poursuit sa tradition d’accueil

fluechtlingshilfeDepuis vendredi dernier, un peu plus d’une centaine de réfugiés sont accueillis à Issy-les- Moulineaux.

En effet face à l’urgence, la Préfecture des Hauts-de-Seine a initié et financé leur hébergement temporaire sur notre commune. La situation personnelle de chacun  des réfugiés venus de l’Afrique de l’Est (notamment du Soudan, Érythrée) sera examinée en ce début de semaine, pour déterminer plus précisément le nombre de demandes d’asile.

Compte tenu de la gravité de la situation humanitaire actuelle, c’est une bonne chose qu’Issy-les-Moulineaux reste fidèle à sa tradition d’accueil et de solidarité et ait pu mettre les moyens nécessaires pour assurer cet hébergement.

Sur notre ville un certain nombre d’associations dont les associations Aurore, l’ASTI, le Secours Catholique, le Secours Populaire ont apporté leur aide aux services municipaux (CCAS,…) et de l’Etat pour faciliter cette opération d’accueil.

Vous-même, en fonction de vos possibilités et de vos disponibilités, vous pouvez vous engager auprès de l’un de ces organismes : toutes les bonnes volontés seront les bienvenues.   

 

Issy, pour une vraie mobilité à vélo

Depuis de nombreuses années, je souligne régulièrement l’absence sur Issy  de véritables  voies de circulation réservée aux cyclistes. Des voies qui seraient séparées physiquement de la chaussée et qui constitueraient un réel réseau de déplacement, permettant une continuité de circulation.

Pour les trajets urbains courts, les isséens qui veulent privilégier l’usage du vélo dans la ville doivent continuer à se déplacer et slalomer sur des « bouts » de pistes cyclables : il n’y a pas d’autres mots pour appeler cela. Nous en avons une nouvelle traduction depuis quelques semaines sur l’ile Saint Germain.

img_20161010_085543img_20161010_085520

La majorité municipale ne peut-elle s’inspirer des expériences réussies qui sont nombreuses en France et à l’étranger

Quand les isséens pourront-ils disposer de conditions de déplacement correctes pour les utilisateurs quotidiens de la petite reine, ceci en toute sécurité? Il faut que sur Issy le vélo rime enfin avec déplacements de transit : les cyclistes doivent être enfin respectés !

 

 

Issy, la réalité des données budgétaires

Desk office business financial accounting calculate, Graph analysis

C’est un 2011 sous la Présidence de Nicolas Sarkozy que l’Etat a initié le début de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales . Alors quand en 2016, la majorité municipale d’Issy-les-Moulineaux communique sur la continuité du désengagement de l’Etat envers les collectivités locales dans des termes polémiques, je juge cette démarche clairement indigne !

Ainsi notre groupe ‘Issy c’est possible’ a publié l’article ci-dessous dans la tribune municipale afin de rappeler le contexte de la fusion et la réalité des données budgétaires isséennes :

« Voici que fleurit un bilan financier dramatisant la situation de notre ville. Depuis des années, le maire vous dit que tout va bien, qu’il a la meilleure gestion, la plus dynamique… Et là, patatras, nous serions « volés » et donc obligés de fusionner avec Boulogne pour réaliser des économies de fonctionnement.

Passons le fait que notre dette, suite la fusion avec Boulogne passerait de 800 000 € à plus de 300 millions € budget principal et annexes de Boulogne intégrés à celui de la commune nouvelle. De 12 à 1  800  €/habitant. Gestion parfaite, mais vous payez en prime la dette des voisins.

Quant à l’argument mis en avant selon lequel le gouvernement socialiste vole la ville d’Issy, rappelons ces quelques évidences. L’État verse aux communes des dotations qui ne poussent pas dans les arbres, mais sont bien le fruit d’impôts et taxes prélevés par l’État sur les ménages et les entreprises … ou de dettes alourdies par les différents gouvernements. Bien curieuse conception de la Nation que celle qui consiste à baisser les impôts locaux au plus bas et quémander les dotations les plus hautes de l’État tout en accusant l’État d’augmenter les prélèvements obligatoires.

Dans le cadre de l’attribution des dotations, l’État réalise de la péréquation entre collectivités de même taille et entre types de collectivités. Certaines, dont la nôtre, très riches, se voient donc contribuer à l’effort national pour aider les plus pauvres (celles qui abritent par exemple ces employés invisibles qui viennent nettoyer les bureaux d’Issy ou qui logent les nounous gardant nos enfants).

À crier sur tous les toits que la gestion d’Issy était si bonne que nous réalisions des «  bénéfices  »… notre excédent budgétaire de plus de 70 millions € a fait réfléchir quelques hauts fonctionnaires : à quoi sert-il que l’État verse des dotations à une commune dont les excédents sont tels qu’elle finit par perdre de l’argent du fait de l’inflation, même très faible. Dans un an, ces 70 millions € vaudront 69,3 millions actuels.

Tout le projet de fusion est justifié par ce seul appétit de l’argent. Mais, puisque tout est de la faute de ce gouvernement socialiste qu’ils aspirent à chasser en mai 2017, pourquoi saborder notre commune pour un malaise conjoncturel qui passerait dans 6 mois ?

Thomas Puijalon, Kathy Similowski, Vivien Julhès, Patrick Auffret (PS) et Fabienne Gambiez (UDE- Front Démocrate) : conseillers municipaux de la liste Issy c’est possible! »