Open data, une exigence au service des Isséens [épisode 1]

opendataL’Open data ne se résume pas à une proclamation. C’est avant tout un état d’esprit, une manière de concevoir la politique. Issy a été pionnière, parmi les premières villes à découvrir et à mettre en avant l’Open data. Mais elle s’est arrêtée là. Vous pouvez éplucher le site de la ville en tous sens (la faute à son ergonomie?), vous trouverez très peu de documents en Open data, à part le budget municipal. Vous cherchez des plans, des documents liés aux projets de tours au Pont d’Issy? Vous ne trouverez rien d’autre qu’un article vous disant que le projet est parfait, magnifique et porteur de progrès pour la ville. Aucune information concrète sur les m² futurs, sur les aménagements publics futurs et les désagréments …

Nous partirons de l’existant et après mars 2014, nous allons construire avec vous une véritable cité en Open data. Budget, délibérations, projets d’urbanisme, projets citoyens, concertations… Nous allons, à partir du site de la ville, vous proposer une démarche exigeante qui vous permettra de constater à chaque instant l’utilisation de vos impôts, la réalité de l’avancement des projets et pouvoir vous emparer des sujets liés à votre vie quotidienne. Nous allons mettre en pratique l’article 14 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui stipule : « Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. » Question de philosophie !

L’Open data est la première marche de la ville connectée et numérique que nous promouvons, au service des habitants, des associations, des entreprises. Nous prenons l’engagement de vous rendre la ville, de ne plus la confisquer au profit d’un homme ou d’un parti; avec l’Open data, nous vous offrons la garantie de la transparence et la confiance, ces valeurs qui nous animent.

Thomas Puijalon

– See more at: http://www.puijalon.fr/open-data-une-exigence-au-service-des-isseens-episode-1/#sthash.ZGZKV5zQ.dpuf

Laurent Boisseau, Démocrate isséen, est sur la liste Issy c’est possible !

Faire d’Issy une ville humaine

LaurentBoisseauJe suis né dans le quatorzième arrondissement de Paris il y a 59 ans, mes parents sont eux aussi parisiens. Après avoir vécu une partie de mon enfance à Nancy, je suis revenu à Paris faire mes études d’ingénieur. Je m’y suis marié en 1978, puis je suis resté en Ile-de-France en habitant différentes villes avant de m’installer à Issy-les-Moulineaux en 2004.

J’ai effectué ma carrière professionnelle en occupant différentes fonctions techniques puis marketing, dans les nouvelles technologies des télécommunications, dans l’industrie puis dans les services. Je me suis ensuite réorienté vers le milieu associatif et plus généralement l’économie sociale et solidaire. Après avoir été trésorier d’une association de protection de l’environnement, je suis administrateur de l’association des lecteurs du magazine « Alternatives Economiques ».

En 2007, j’ai souhaité compléter une expérience professionnelle déjà bien remplie par un engagement citoyen au service des autres. Je voulais contribuer à un projet de société, à un projet politique. J’avais beaucoup observé, maintenant venait le temps de l’action ; il me restait beaucoup à apprendre, j’ai appris en marchant. C’est donc ainsi que j’ai adhéré au Mouvement Démocrate en 2007 et contribué à son projet humaniste.

Etre citoyen aujourd’hui, c’est aussi au niveau de sa ville faire preuve de solidarité, développer et entretenir le lien social entre tous ses habitants en acceptant leurs cultures, leurs diversités. C’est aussi pouvoir participer au niveau de son quartier à la vie de sa cité, comme un acteur responsable.

Isséen depuis une dizaine d’année, je constate que notre ville, comporte en héritage de son passé plusieurs villages, plusieurs lieux de vie : le centre-ville, les Moulineaux, les Epinettes, mais qu’il n’y a que très peu d’échanges entre eux. Il faut créer des activités qui puissent jeter des ponts entre les différents quartiers. Je suis également convaincu que notre ville doit être gérée avec une véritable participation des isséens afin d’améliorer notre cadre de vie et « mieux vivre Issy ».

J’ai suivi Fabienne Gambiez lorsqu’elle s’est proposée pour conduire une liste citoyenne des Démocrates Isséens, et c’est tout naturellement que j’ai participé avec elle au rassemblement avec Thomas Puijalon pour créer les conditions d’une nouvelle majorité municipale à Issy.

J’ai apprécié chez Thomas Puijalon, sa vision et ses projets pour la ville. Elu Maire, il cherchera à promouvoir l’action collective, la participation de tous les isséens. Ce sera une nouvelle façon de faire de la politique, exigeante, pour impliquer les isséens dans la gestion de leur ville aux côtés de leurs élus.

 J’en suis convaincu parce qu’Issy c’est possible !

– See more at: http://www.puijalon.fr/laurent-boisseau-democrate-isseen-est-sur-la-liste-issy-cest-possible/?

Issy, remettre la concertation au coeur de l’aménagement de la ville, c’est possible !

les-tours-pont-d-issy

Le 7 janvier a lieu une audience du tribunal administratif de Cergy-Pontoise destinée à statuer sur le recours du collectif d’associations engagées dans la protection de l’environnement contre le projet de tours au Pont d’Issy soutenue par la mairie d’Issy-les-Moulineaux.

La majorité sortante n’a pas voulu entendre les inquiétudes manifestées par les isséens et des associations, c’est donc devant les tribunaux que le dossier arrive à présent et on ne peut que le déplorer.

De quoi s’agit-il ? Les « tours du pont d’Issy » est un projet pharaonique constitué de trois tours de bureaux de 180 m de haut.

Sous couvert d’une requalification de l’entrée de ville, le projet repose essentiellement sur la construction de 235 000 m2 de bureaux supplémentaires. Où est l’intérêt d’une telle proposition pour la ville ? Ces bureaux s’ajouteront aux milliers de m² qui ne trouvent pas preneurs en Ile de France. Ils ne profiteront même pas directement aux isséens qui sont de plus en plus nombreux à travailler en dehors de la ville (81%).

Une nouvelle fois à Issy-les-Moulineaux, on en est à déplorer les décisions de l’équipe municipale sortante qui n’a pas voulu ouvrir un réel dialogue avec les riverains et les associations. Le Maire sortant n’a pas apporté de réponses aux nombreuses préoccupations que continuent à soulever ce projet.

Pourquoi continuer à construire autant de m² de bureaux sur Issy-les-Moulineaux – alors qu’il y a 466.000m² non occupés? En quoi ce projet répond aux exigences actuelles en matière de développement durable ? Comment le T2, le RER C … vont-ils pouvoir absorber les nouveaux flux générés par le projet ? Pourquoi construire des tours au niveau de la trouée d’envol de l’héliport de Paris et remettre en cause les trajectoires actuelles des hélicoptères au-dessus de la Seine ?

Au regard de ces nombreuses questions, il est évident que le projet actuel doit être revu et j’espère que les décisions du Tribunal de Cergy Pontoise iront dans ce sens.

IMG_232510701Demain, Maire d’Issy-les-Moulineaux, je m’engage à remettre les citoyens au cœur des politiques de la ville, à ce que les projets d’urbanisme fassent l’objet de réelles concertations avec l’ensemble de la population. C’est une vraie Démocratie participative qui doit être mise en place, pour que les projets correspondent aux attentes du plus grand nombre et préservent la qualité de vie. Une autre forme de gouvernance locale reposant sur plus de transparence, de concertation et de dialogue pour enfin développer des environnements à taille humaine.

Thomas Puijalon

– See more at: http://www.puijalon.fr/tours_pont_issy/#sthash.RzAKwIgC.dpuf