Géraldine de Passemar : « Aujourd’hui, les projets de la mairie ne sont que tours et béton, afin de faire venir toujours plus d’entreprises et d’habitants. Pour quelle qualité de vie ? »

Je m’appelle Géraldine de PASSEMAR, j’ai 47 ans, divorcée, 4 garçons collégien, lycéen et étudiants.

004-227x300Je suis chargée de recherche dans un cabinet de conseil en fusions-acquisitions

Isséenne depuis peu, j’ai choisi cette ville avant tout pour sa proximité avec Paris et la ligne de métro qui relie mes enfants à leur père.

Je n’étais pas spécialement attirée par son aspect un peu triste de ville de banlieue et pour tout dire j’aurais préféré m’installer dans un environnement plus vivant.

Contre toute attente, je me suis attachée à mon quartier (le centre-ville) et j’ai vite constaté que – même si la circulation en voiture était laborieuse aux heures de pointe et qu’il y avait un manque de commerces, d’animation et de verdure – le centre-ville avait malgré tout un certain charme et qu’il était vraiment dommage de ne rien faire pour le rendre plus attractif.

En découvrant le reste de la ville, j’ai pris conscience de l’isolement de certains quartiers qui mériteraient aussi d’être mieux valorisés.

La ville d’Issy est réputée être une ville riche grâce à toutes les entreprises que le maire a encouragées à venir s’installer et cela lui a donné beaucoup de rayonnement certes, mais je ne vois pas quel en est concrètement le bénéfice pour les Isséens.

Aujourd’hui, les projets de la mairie ne sont que tours et béton, afin de faire venir toujours plus d’entreprises et d’habitants. Pour quelle qualité de vie ? Peut-on se contenter, comme seul bénéfice, de payer moins d’impôts qu’ailleurs ? Les structures et équipements peuvent-ils absorber indéfiniment une telle expansion ?

Les Isséens attendent aussi de voir leur cadre de vie embelli, leurs besoins sociaux pris en compte, leur quotidien facilité et de disposer d’une offre de culture et de loisirs élargie et accessible à tous, ceci afin de faire d’Issy une ville agréable à vivre et dont ils soient fiers.

J’ai choisi de soutenir Thomas PUIJALON car il a une volonté très forte et sincère de mettre les citoyens au cœur de son projet dans l’écoute, la concertation et le souci d’améliorer la qualité de vie de chacun.

Isséen depuis toujours, il est très attaché à cette ville et représente le renouveau dont la municipalité a besoin aujourd’hui.

En mobilisant une équipe au-delà de son propre parti, il fait le choix moderne et courageux de vouloir faire de la politique autrement, en abandonnant ces clivages stériles qui font trop souvent perdre de vue le bien commun au profit de l’ambition personnelle ou d’archaïsmes idéologiques.

Je n’appartiens à aucun parti – je me définis plutôt comme centriste – mais je suis surtout une Isséenne engagée et je choisis ce qui me semble le mieux pour ma ville.

Thomas m’a demandé de prendre en charge le projet sur les Femmes, notamment les mères isolées ou en situation de détresse, sujet qui me touche particulièrement …

– See more at: http://www.puijalon.fr/geraldine-de-passemar-isseenne-engagee-au-service-des-femmes/#sthash.CuQkTPkN.dpuf

Laurent Joudon, candidat PS, sur la liste Issy c’est possible !

joudon3J’ai 52 ans, je suis marié et père de deux enfants. Arrivés à Issy en 1989, nous y avons connu trois lieux de résidence : la première fois par le hasard de la recherche d’un logement, les suivantes par attachement à cette ville. Ingénieur de formation, je suis aujourd’hui directeur d’études économiques à EDF. Un travail privilégié pour comprendre la stratégie et la gestion d’une grande entreprise, mais aussi pour réfléchir à la politique de l’énergie et de l’environnement, ou encore aux façons de redonner des perspectives à notre industrie. Je suis ainsi co-auteur du livre « Réindustrialisation j’écris ton nom », publié à la fondation Jean-Jaurès en 2012. J’ai enfin la chance d’exercer des activités d’enseignement, où je puise souvent des leçons d’optimisme auprès des étudiants. Ces compétences et cette expérience, qui ont l’intérêt général pour dénominateur commun, je suis prêt à les apporter à notre ville.

Notre ville … depuis plus de vingt ans, je l’ai vue se transformer et se moderniser, mais aussi plus récemment entrer dans un modèle de développement qui n’est pas soutenable.  Issy-les-Moulineaux serait-elle devenue une entreprise immobilière qui oublie ses habitants et leurs problèmes et qui délaisse des quartiers entiers ? Il est temps de trouver un chemin plus équilibré, un chemin dont les désirs et les besoins de chacun sont le point de départ : accès au logement, services publics, culture, commerces … Dans un monde où la compétition libérale et la crise qu’elle a engendrée marquent notre quotidien, la ville où l’on habite doit être un lieu de solidarité et de sécurité, un lieu humain où le vivre ensemble retrouve un sens, un lieu où la démocratie locale est réelle. C’est ce projet que portent Thomas Puijalon et notre liste Issy c’est possible ; c’est le projet que je veux partager avec vous.